PUERICULTRICE

Douleur de l'enfant : une priorité

Cet article fait partie du dossier :

Douleur

    Précédent Suivant

La prise en charge de la douleur de l'enfant a connu de nombreuses avancées en France au cours des dernières décennies mais des progrès sont encore possibles au quotidien, avec la volonté des soignants, ont estimé des membres du groupe Pédiadol lors d'un point-presse, à l'occasion de leur 20ème congrès annuel le 3 décembre 2013 à Paris.

douleur de l'enfant pleurs

La prise en charge de la douleur des enfants dépend beaucoup des soignants ou de la politique du service de soins

Nous avons quand même beaucoup de mérite car nous sommes partis de rien. Il y a 25 ans, la douleur de l'enfant n'existait pas en pratique médicale et des atrocités ont été pratiquées. Aujourd'hui, il y a beaucoup d'avancées, avec des antalgiques pour les enfants et notamment les morphiniques, des outils d'évaluation, des recommandations officielles..., a indiqué le Dr Daniel Annequin de l'hôpital Trousseau à Paris (AP-HP), président de l'Association de traitement de la douleur de l'enfant (ATDE)- Pédiadol.

L'ATDE a vu le jour en 1989, portée par des médecins de différentes spécialités et des infirmières puéricultrices notamment, avec pour mission de créer Pédiadol, première banque de données sur la douleur de l'enfant pour aider le personnel soignant à améliorer cette prise en charge. Pour que ces informations puissent être diffusées au plus grand nombre, Pédiadol organisait en 1991 une première journée nationale avec le soutien du ministère de la santé. A présent, sur la douleur aiguë liée aux soins, on est même en avance chez l'enfant par rapport à la prise en charge chez l'adulte, s'est félicité le Dr Annequin.

Le gouvernement a lancé un premier Plan de lutte contre la douleur en 1998 et le deuxième (2002-05) plaçait les enfants en priorité. Les enfants restaient une préoccupation, parmi les personnes dites vulnérables, dans le troisième plan (2006-11).Les plans ont donné une impulsion et mobilisé les équipes, tout comme la Haute autorité de santé (HAS) via la certification, a ajouté Bénédicte Lombart, cadre de santé à l'hôpital Trousseau. Les professionnels doivent rendre...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)