PSYCHIATRIE

"Laviedéraille" un journal et un "Projet un peu fou"

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Il est des projets qui nous réconcilient avec l’humanité, avec le soin de l’autre au sens le plus large du terme. Ce "Projet un peu Fou" présenté par Charles Ouzilleau, un infirmier de l’Unité Transversale d'Activités Thérapeutiques du centre hospitalier de l’Estran, à Pontorson, dans la Manche, s'inscrit, selon lui, totalement dans la mouvance actuelle, véritable mise en œuvre des revendications des usagers et des professionnels de la psychiatrie. "Il s’agit de savoir ne pas oublier l’importance de la relation dans le soin, privilégier la créativité et s’appuyer sur les ressources de chacun, donner à la personne soignée une place de sujet, penser encore et toujours que le soin est un humanisme… et ce malgré les difficultés de l’hôpital !" Nous lui donnons la parole pour qu’il nous en dise un peu plus...

Venise psychiatrie voyage

"Nos efforts ont porté leurs fruits. Venise nous l’avons rêvé. Venise nous y sommes allés. Faut pas mentir, ce fut long et compliqué !" crédit - "Rêverie sur la lagune" : Crédit n°118

Bien sûr il y a eu la crise sanitaire, massive, majeure, et elle perdure, mais cela ne doit pas nous faire oublier que les soins "habituels" et autres projets doivent se poursuivre et sans doute plus encore qu'en temps normal... Cet article dont la publication se faisait attendre, nous le rappelle. 

Déstigmatiser, donner la parole, autoriser chacun à être acteur de sa vie et citoyen dans sa cité… un "Projet un peu Fou", c'est tout cela, et plus encore. Le point de départ est un journal intitulé Lavidéraille - Le journal un peu canaille. Un journal quelque peu différent des autres mais écrit par des gens comme les autres. Le comité de rédaction se compose de personnes qui bénéficient de soins en psychiatrie, d'un plasticien et de deux infirmiers (mais ne comptez pas sur nous pour vous dire qui est qui, qui écrit quoi et surtout qui est le meilleur).

Avoir de l’espoir, avoir de l’audace, se prendre en main, oser, créer, se cultiver et partager n’a rien de délirant, rien de déconnant.

Lavidéraille, c'est un peu spécial. On y vit la démocratie. On y vit la rencontre de l'Autre. On y vit la rencontre avec soi-même, avec ses doutes, avec son talent que les symptômes s'efforcent de dissimuler. On y vit. On y rit. On y réfléchit. On y braille. Lavidéraille, ça bouillonne d'idées, d'espoir et de projets. Le dernier, le fameux "Projet un peu Fou" ne l'était pas autant que cela. Il suffisait simplement d'y croire, de s'autoriser à rêver, de se donner les moyens, de ne pas s'auto-censurer, de se bousculer et de ne pas accepter d'être cantonnés dans la position de "patient", de "malade". Ce projet, c’était de se rendre à Venise. Ensemble ! Ensemble, soignants et patients souffrant de schizophrénie.

Nos efforts ont porté leurs fruits. Venise nous l’avons rêvé. Venise nous y sommes allés. Faut pas mentir, ce fut long et compliqué !

Pourquoi un séjour culturel ? Pourquoi Venise ?

"Laviedéraille" un journal et un "Projet un peu fou"Parce que lors de l’élaboration du n°110 de Lavidéraille, Laurence a émis un vœu pour la nouvelle année : Faisons les vœux les plus délirants nous a-t-elle dit. Et que nous en avons débattu. Et qu’il est apparu que Non, avoir de l’espoir, avoir de l’audace, se prendre en main, oser, créer, se cultiver et partager n’a rien de délirant, rien de déconnant. C’est à cela que tout un chacun aspire. Non, Laurence, aller à Venise n’est pas impossible ! Accepter que ce le soit, accepter de remplacer ce voyage rêvé par un autre en France, c’est baisser les bras. C’est se laisser enfermer dans la position de patient. C’est accepter d’être stigmatisé. Au contraire, se mobiliser ensemble pour y parvenir, c’est reconquérir une place. C’est ouvrir le champ des possibles. C’est refuser d’être réduit à ses symptômes. Et c’est accepter et faire accepter que nous puissions prendre du plaisir, nous aussi !(extrait de Lavidéraille n°118). 

C’est l’histoire de Lavidéraille, c’est ce "Projet pas si fou !", c’est notre état d’esprit, ce sont nos difficultés, nos espoirs et nos réussites que nous souhaiterions faire connaître.

Nos efforts ont porté leurs fruits. Venise nous l’avons rêvé. Venise nous y sommes allés. Faut pas mentir, ce fut long et compliqué ! Long et compliqué parce que nous étions précurseurs. Long et compliqué parce qu’il a fallu tout inventer. Long et compliqué parce qu’il a fallu convaincre, rassurer, surmonter les craintes et les résistances. Long et compliqué parce que, même en tirant bien, en fouillant partout, en se démenant pour trouver les meilleurs tarifs, voyager à huit a un coût. (extrait de Lavidéraille n°118) Pour l'occasion, l'association "Sur Les Rails" a été créée. Elle a soutenu le Centre hospitalier de l'Estran sur ce projet et espère pouvoir le faire encore.

Nous devions présenter du 19 au 23 juin prochain, à la mairie de Pontorson, une exposition dédiée à cette aventure vénitienne. Au programme : des photos, des textes, des trucs et des machins. Pour surprendre ! Evidemment, le contexte sanitaire actuel nous oblige à nous adapter. Ainsi, l’exposition a été reportée. Les "voyageurs" espèrent qu’elle pourra avoir lieu fin 2020. De même, il ne peut être question, à ce jour, d’envisager un autre voyage à l’étranger. Cependant, nous restons mobilisés et inventeront "autre chose", dans le même esprit.

Les soutiens à l'association "Sur Les Rails" seront les bienvenus !

Pour réunir le budget nécessaire à ce séjour à Venise, tous les voyageurs se sont mobilisés. Et ce fut le début de l’aventure ! Pas le choix, chacun a dû se donner les moyens, se bousculer. Ensemble ! Ensemble pour que puisse se réaliser ce rêve. Les fonds ont été réunis après plusieurs mois. Les voyageurs ont participé  financièrement, nous avons reçu des dons et organisé une belle tombola. Cette tombola fut l’apport principal. Nous aimerions tant que Le Projet un peu Fou ait un petit frère ! Grenade, Barcelone et Florence tiennent la corde ! Nous aimerions tant avoir ouvert la voie ! Malheureusement, nous ne pourrons pas renouveler cette tombola : nous ne pouvons solliciter de nouveau les amis, les collègues, les commerçants, les voisins et les familles. Aussi, l'association "Sur Les rails" cherche des mécènes (dons ouvrant droit à réduction fiscale). Contact : contact.surlesrails@gmail.com 

Notes

Quelques idées de numéros pour vous faire une idée
Le 118, spécial Venise, en couleurs 
Le 113, où l’on réfléchit sur l’écriture
Le 108, "Rêve idéal et pire réalité"
Le 106 "Culture et Santé avec l'Insomnante", en couleurs 

Il est possible de consulter les numéros au fil de leur publication sur le site du centre hospitalier de Pontorson.  


infirmier au sein de l'UTAT (Unité Transversale d'Activités Thérapeutiques) centre hospitalier de l’estran, Pontorson.
c.ouzilleau@ch-estran.fr

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (1)

Charles35

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Site de l'asso "Sur les Rails"

Merci beaucoup pour cet article, pour cette visibilité offerte, pour cette reconnaissance.

Le site de Sur Les Rails, c'est par là : https://www.surlesrails.net