INFOS ET ACTUALITES

Un infirmier/musicien pour des lendemains qui chantent...

Il conjugue depuis de nombreuses années son amour des mots et de la musique avec la passion de son métier d'infirmier... Emmanuel Travier, « Cendrio » sur scène, nous raconte comment ces deux activités pourtant si différentes se nourrissent l'une de l'autre et enrichissent le soignant comme l'artiste...

infirmier musicien - CendrioLe 12 janvier 1996 la directrice de l’Institut de formation en soins infirmiers de la Maison de Santé Protestante, à Nîmes, me tend mon diplôme avec un large sourire, marquant ainsi la fin de mes études et l'entrée dans le monde du travail. Dès lors, je choisis d'exercer en intérim, histoire de diversifier très vite mes premières expériences professionnelles et surtout, « je monte » sur Paris comme on dit ici dans le sud ! Pendant plusieurs mois je fais donc mes premières armes au sein de services tout aussi différents les uns que les autres : urgences, entreprise, maison de retraite, maternité, salle de réveil, transfusion sanguine, bloc… Je réalise alors combien la palette de mon travail d’infirmier est riche et variée et surtout la dimension relationnelle qu’il autorise. De la naissance à la mort, de la souffrance à la guérison, l’être humain est mis à nu.

Tour à tour, on perçoit, on partage, on accompagne ses joies, ses faiblesses, ses peines qu’elles soient physiques, morales, sociales et/ou spirituelles. Mais cet investissement empathique est aussi un véritable miroir sur soi-même et cette relation constitue une vraie richesse sociale. Que d’interrogations face à la maladie, au handicap, à la mort à la souffrance ? Et que dire aussi, en contre-partie, de la beauté de la naissance, des progrès de la médecine, des innovations en termes de rééducation… Le métier d'infirmier est en effet au cœur de toutes ces dualités et c’est en cela qu’il est passionnant, épuisant aussi. Cela explique peut-être en partie la raison pour laquelle beaucoup de mes collègues infirmiers et soignants n’en peuvent plus au bout de quelques années… et veulent changer de métier. Et là je ne parle pas des conditions de travail désastreuses et des rapports conflictuels internes et propres à chaque service de soins. Non, ce regard que l’on porte sur le soigné ne peut pas nous laisser indifférent. Ce métier fait d’empathie, d’écoute, d’observation et d'un certain don de soi est vraiment un dur métier !

infirmier musicien - CendrioMots pour maux

De toute évidence, mon expérience du monde médical nourrit ma vie artistique. Je suis sensible et attentif à toutes ces préoccupations, souvent à fleur de peau. Si je ne prends pas un plaisir particulier à traiter de sujets aussi graves que l’euthanasie ou la mort, ils semblent cependant s’imposer à moi comme une évidence. Comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement ? Et si, en concert, ces chansons-là sont toujours difficiles à présenter du fait de leur gravité, il n’en demeure pas moins qu’elles m’appartiennent et qu'en aucun cas je ne pourrais les ignorer. Elles font partie de mon parcours, tout simplement (cf. vidéo ci-dessous).

Les mots, il faut leur laisser du temps pour « s’incruster » dans la chair, pour y faire leur lit. Cette relation avec  « la chair » dans ce métier d’infirmier est quotidienne et on la rencontre dans tous ses états : toucher, effleurer, masser, recoudre... Cette chair fait partie intégrante du soin. Quand j’écris une chanson, donc, la place des mots est très importante, ils sont soigneusement choisis, mesurés, dosés. J’aime les manipuler, les découper et me les apprivoiser en...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)