EN BREF

COVID-19 chez les professionnels en établissements de santé : 21 142 cas rapportés depuis le 1er mars 2020

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Depuis le 22 avril 2020, Santé publique France en lien avec le GERES et avec l’appui des CPIAS a mis en place une surveillance afin de recenser les professionnels exerçant en établissements de santé publics ou privés infectés par le coronavirus Sars-CoV-2. Une personne référente au sein de l’établissement (service de ressources humaines, médecine du travail, équipe opérationnelle d’hygiène…) est désignée pour remplir le questionnaire chaque semaine.

Est considéré comme un cas tout :

  • professionnel en établissement de santé infecté par SARS-CoV-2, confirmé par PCR ;
  • professionnel en établissement de santé probablement infecté par SARS-CoV 2, (clinique, historique de contact ou imageries évocatrices), reconnu comme infecté par la cellule « covid19 » ou le référent infectiologue de l’ES ;
  • Concernant le décès, il s’agit de décès lié à l’infection à SARS-CoV-2.

Santé publique France, date du 7 mai 2020, publie les premiers chiffres : 

  • 21 142 cas rapportés par 911 établissements répartis dans les 17 régions françaises depuis le 1er mars 2020 ;
  • Parmi les 21 142 cas, 17 951 (85%) étaient des professionnels de santé et 2 055 (10%) des personnels non soignants. Pour 5% des cas, la catégorie professionnelle  n'était pas renseignée ;
  • La majorité des cas étaient des infirmiers (29%) ou des aides-soignants (25%) ;
  • Parmi ces 21 142 cas, 10 décès liés à l’infection à SARS-CoV-2 ont été rapportés depuis le 1er mars 2020, dont 3 médecins, 2 aides-soignants et 5 personnels non soignants.

Rappelons que fin avril, par communiqué, l'Ordre des infirmiers s'alarmait qu'aucune donnée officielle relative au nombre d’infirmiers contaminés, hospitalisés, ou décédés des suites du Covid-19 n’ait encore été communiquée par les tutelles. L’Ordre national réclamant donc un recensement dans les plus brefs délais. Même requête à l'international demandée par le Directeur général du Conseil International des Infirmières (CII), les données chiffrées sont importantes et malgré les louanges et les applaudissements, si nous ne tenons pas un registre et si nous ne conservons pas des données précises, nous échouerons à rendre aux infirmier(e)s l’hommage et la reconnaissance qu’elles et ils méritent, sachant que certain(e)s ont sacrifié leur vie

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (1)