EN BREF

Covid-19 : La vaccination rendue obligatoire pour les soignants

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Nous devons aller vers la vaccination de tous les Français, car c’est le seul chemin vers le retour à la vie normale. C’est dans ces termes qu’Emmanuel Macron a donné le ton sur le sujet de la vaccination anti-Covid 19 lors de son allocution télévisée du lundi 12 juillet. Après avoir passé des semaines à chercher à convaincre le plus grand nombre de se vacciner, le temps est venu de contraindre. Les personnels soignants et non soignants qui travaillent en hôpital, EHPAD, cliniques, établissements pour personnes en situation de handicap et maisons de retraites, dans un premier temps, ainsi que les personnes bénévoles qui œuvrent auprès des personnes âgées, y compris à domicile. Ils auront jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner, a prévenu le chef de l’Etat. Ceux qui ne le seront pas à cette date ne pourront plus travailler et ne seront plus payés, a précisé par la suite Olivier Véran, une disposition similaire à celle prise en Italie. En fonction de l’évolution de la situation, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français. Mais je fais le choix de la confiance et j’appelle solennellement tous nos concitoyens non vaccinés à aller se faire vacciner dès aujourd’hui au plus vite, a déclaré par ailleurs Emmanuel Macron. Tout en ajoutant que l’extension du pass sanitaire (test PCR négatif ou attestation vaccinale) sur tout le territoire concernerait les lieux de loisir et de culture rassemblant plus de 50 personnes, et ce dès le 21 juillet, puis les bars, restaurants, centres commerciaux, trains, avions, hôpitaux et EHPAD, rendant ainsi presque de fait la vaccination obligatoire pour tous. De plus, deux départements, La Réunion et la Martinique sont de nouveau soumis à l’état d’urgence sanitaire et au couvre-feu. Ces nouvelles mesures se justifient par l’inquiétude provoquée par le variant Delta et la menace d’une quatrième vague qu’il fait planer pour le milieu de l’été. Si nous n’agissons pas dès aujourd’hui, le nombre de cas va continuer de monter fortement, a ainsi alerté Emmanuel Macron.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)