trouvez votre poste en quelques clics

EN BREF

"Ce décret n’est pas à la hauteur des attentes des acteurs du monde de la santé, ni des Français"

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

La Fédération nationale des étudiant(e)s en soins infirmiers (Fnesi) adresse à son tour (après la Coordination nationale infirmière) une "Lettre ouverte" à Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, pour lui signifier toute sa déception et son incompréhension à la lecture du décret en préparation sur l'exercice infirmier en pratique avancée ; décret, soumis ce 16 mai 2018 pour avis au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP). Voici en substance ce que souhaite dire la Fnesi : Madame la Ministre, alors même que vous avez porté la pratique avancée au sein du plan cancer et réaffirmé cette ambition dès le début du quinquennat en mettant l’accent sur l’accès aux soins pour tous sur l’ensemble du territoire dans la Stratégie Nationale de Santé, nous nous interrogeons aujourd’hui sur la cohérence de la proposition de décret de compétences des infirmiers de pratique avancée (IPA). Et de poursuivre s'appuyant sur les expériences internationales qui ont fait leurs preuves en la matière : aujourd’hui, la France se détourne des données probantes et enquêtes reconnues internationalement, démontrant la qualité des soins et de l’accompagnement dans le parcours de soins des patients permis par les sciences infirmières, et plus particulièrement la collaboration des infirmier(e)s de pratique avancée avec l’ensemble de l’équipe de soins. La Fnesi rappelle que l’IPA, par définition, est censé représenter un professionnel à haut niveau de raisonnement clinique. Une profession qui se veut souple et adaptative pour répondre aux besoins de santé publique et aux problématiques liées à l’offre de soins sur le territoire. Pour permettre aux patients de bénéficier d’une prise en soins et d’un suivi de qualité aux patients un réel travail en collaboration et en interprofessionnalité doit être mené. La déception est bien réelle pour la Fédération nationale des étudiant(e)s en soins infirmiers qui ne retrouve pas cette ambition dans le texte actuel. Ce décret n’est pas à la hauteur des attentes des acteurs du monde de la santé, ni des Français. Madame la Ministre, cessez de vous fier à des logiques passéistes et corporatistes. Les besoins des Français doivent être la seule boussole politique.

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)