EN BREF

Déprogrammation des chirurgies pour les malades du cancer : RoseUp rappelle les ARS à leurs responsabilités

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

L’association de patientes RoseUp a envoyé ce jour une lettre aux ARS de France pour rappeler chaque direction à ses responsabilités, à savoir le choix du maintien des chirurgies et des parcours de soin des malades de cancer. En effet, selon Céline Lis-Raoux, co-fondatrice de l'association, ce courrier a vocation à les alerter sur les risques vitaux encourus par pour les malades de cancer dont les chirurgies seraient déprogrammées. Ces risques sont documentés et mesurés : 3 mois de retard dans les chirurgies, 5000 morts supplémentaires à 5 ans (selon l'équivalent de l'INCa en GB- Collateral damage: the impact on cancer outcomes of the COVID-19 pandemic). Hélas nous avons vu que ce matin l'ARS IdF annule 80% des chirurgies. Les retards annulations ont été la norme durant le dernier confinement alors que notre association avait obtenu du ministre de la santé, au mois de mars dernier, qu’il rappelle officiellement aux ARS que toute opération de chirurgie carcinologique devait être considérée comme urgente. Et d'exprimer avec force que cette fois-ci il est hors de question que les malades de cancer soient les victimes silencieuses et fatalistes des dysfonctionnements des hôpitaux et/ou des ARS. Nous demandons donc officiellement à chaque ARS de ne procéder à aucune annulation de chirurgie et nous avons créé une plateforme de déclaration des dysfonctionnements/retards/annulations pour les patients. Elle leur permettra de documenter les reports, annulations dont ils sont victimes et nous permettra aussi d’interpeller chaque hôpital, chaque structure de soin, dès lors qu’une mise en danger des malades de cancer sera constatée.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)