EN BREF

Infirmiers et aides-soignants : la pénurie inquiète

Le manque de candidats aux métiers de soignants est nouveau et inquiète le directeur de l’école de la Croix-Rouge. Les jeunes ont moins envie et le nombre de centres de formation semble trop élevé dans la Loire.

L’an dernier, la seule école de la Croix-Rouge située à Saint-Étienne avait enregistré 1 100 candidatures pour des élèves infirmiers et 250 pour la formation d’aide-soignant. Cette année, ces chiffres sont tombés à 750 pour les premiers et 130 pour les seconds. C’est un phénomène très nouveau qui semble toucher plusieurs établissements de formation, notamment pour les aides-soignants.

« Les jeunes ont moins envie depuis deux ans », confirme Mohamed Abdirahman, directeur de l’école de la Croix-Rouge de Saint-Étienne.
Le directeur admet que le marché est « un peu saturé ces dernières années ». Mais une projection montre que de nombreux professionnels vont prendre leur retraite dans les 3 à 5 ans, juste à la fin de la formation des nouvelles promotions.
Par ailleurs, il voit aussi de plus en plus de jeunes diplômés partir travailler à l’étranger. Le diplôme acquis en France est un bon sésame pour celles et ceux ayant l’âme voyageuse.

Pour en savoir plus, rendez -vous sur le site du Progrès.

Publicité

Commentaires (3)

Estienne

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#3

Normal

10 ans que des grands experts font des projections bidons sur la pénurie à venir d'IDE liée aux départ à la retraite sans tenir compte de la tendance croissante aux suppressions de postes.
Qu'ils promettent aux futur IDE emploi et épanouissement professionnel, formateurs IFSI inclus. Le baratin ça marche un temps seulement. Les jeunes ne sont pas stupides et la situation catastrophique de cette profession en souffrance finit par se faire connaitre. Qui a envie de faire 3 ans d'étude pour des responsabilités importantes, un salaire et une reconnaissance de m.... et maintenant la précarité? Nos élus rêvent d'une orientation de la profession vers l'intérim, souplesse et confort pour l'employeur. Il n'ont pas compris que l'intérim, c'est à l'opposée de ce que l'on devrait attendre d'un(e) IDE. La soin de qualité demande un minimum de suivi.
Quand il y aura plus de démissions et moins de personnes pour remplacer sur le tard, peut-être que les choses changeront, en attendant rien ne bouge, ou plutôt si, ça continue à se dégrader.

rudykiri

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Marché saturé

Le marché de l'emploi est hyper saturé, 23 ifsi dans le nord pas de Calais, avec parfois 120 diplômés par promo sortir de l'ifsi et ne pas trouver d'emploi...... Normal que les jeunes ne se bousculent pas,

binoute1

Avatar de l'utilisateur

597 commentaires

#1

« Les jeunes ont moins envie depuis deux ans », confirme Mohamed Abdirahman, directeur de l’école de la Croix-Rouge de Saint-Étienne.

oui ! moins envie de faire une formation pour se retrouver le bec dans l'eau en fin de courses,
moins envie de s'engager dans une filière où on les prend pour des bonnes soeurs...
Visiblement, il n'a pas du sortir de son institut depuis longtemps