EN BREF

L'EMA autorise la vaccination anti-Covid des 5-11 ans

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Hier, le 25 novembre, le régulateur européen a autorisé l'administration aux enfants de 5 à 11 ans du vaccin anti Covid-19 de Pfizer sur la foi d'une balance bénéfice/risque favorable, en particulier chez ceux présentant des comorbidités. Il s'agit du premier sérum à être approuvé en Europe pour cette tranche d'âge, particulièrement touchée par la nouvelle vague du virus.

90,7 % d'efficacité

Je suis heureux de vous annoncer qu'à partir d'aujourd'hui Comirnaty (le nom commercial du vaccin, ndlr) a reçu l'approbation pour les enfants de cinq à 11 ans, a déclaré Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l'Agence européenne des Médicaments (EMA). Les enfants de 5 à 11 ans recevront un tiers de la dose utilisée pour les personnes plus âgées, en deux injections espacées de trois semaines. Le vaccin a démontré une efficacité de 90,7 % selon les résultats d'un essai réalisé sur 2 000 jeunes enfants de cette classe d'âge. Pour autant, la sûreté du vaccin Pfizer chez les enfants continuera d'être surveillée de près, a souligné l'EMA, qui étudie par ailleurs une éventuelle approbation du vaccin de Moderna pour les enfants de 6 à 11 ans et prévoit de prendre une décision en janvier. Hors UE, le vaccin de Pfizer a déjà été approuvé pour les enfants de 5 à 11 ans dans certains pays, dont les Etats-Unis, Israël et le Canada.

Explosion du taux d'incidence

En France, Olivier Véran a indiqué avoir saisi les autorités sanitaires nationales pour étudier la possibilité de vacciner les enfants de 5 à 11 ans après l'approbation du vaccin de Pfizer par l'EMA. Dans tous les cas, cette vaccination n'aura pas lieu avant début 2022, a-t-il précisé. Pour l'heure, l'Académie de médecine a formulé une recommandation favorable chez les enfants à risque de formes graves. Selon les données produites par Santé Publique France, le taux d'incidence de la maladie chez les 6-10 ans a explosé : il a été multiplié par 4,8 en un mois (71,5 vs. 346 entre mi-octobre et mi-novembre).

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)