EN BREF

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière avancée au 22 octobre

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

L’épidémie de Covid-19 nous les avait fait oublier ; l’amélioration de la situation sanitaire et l’approche de l’hiver se chargent de nous les remettre en tête. Le retour des virus hivernaux pourrait être de grande ampleur, avec la grippe saisonnière au premier rang. À tel point que la Direction Générale de la Santé a choisi d’avancer le début de la campagne vaccinale anti-grippale en ville, le fixant au vendredi 22 octobre, alors qu’il était à l’origine prévu quatre jours plus tard. Dans les EHPAD et établissements de santé déjà pourvus en vaccins anti-grippaux, elle a pu débuter dès le 18 octobre. Dans sa note transmise aux professionnels de santé (médecins spécialistes et généralistes, infirmiers, pharmaciens et sage-femmes), la DGS justifie ce changement de calendrier par un contexte de co-circulation des virus de la Covid-19 et de la grippe, qui augmente le risque de co-infection et de développement de formes graves et de décès. Dans un souci de protection des plus fragiles, elle recommande de privilégier les personnes ciblées par les recommandations vaccinales (soit les personnes de plus de 65 ans, celles atteintes de maladies chroniques ou en situation d’obésité, les femmes enceintes) au moins jusqu’au 22 novembre. Les stocks de vaccins ont d'ailleurs été revus à la hausse, puisque 17 % de doses supplémentaires en comparaison de l'année 2020 seront disponibles dès le début de la campagne. Dans le cadre de la campagne de rappel contre le Covid-19, elle insiste également sur l’importance de pratiquer la co-vaccination pour les populations ciblées, telles qu’elles ont été identifiées dans les recommandations de l’HAS. Et de conclure sur la pertinence pour les professionnels de santé de se faire vacciner : Comme pour le rappel de vaccination contre la COVID-19, les professionnels de santé sont incités à se faire vacciner contre la grippe saisonnière, pour se protéger eux-mêmes et pour ne pas contribuer involontairement à la propagation de l’infection à leurs patients fragiles.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)