EN BREF

Le déploiement du vaccin Johnson & Johnson retardé en Europe

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Après le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, c’est au tour du produit du groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson de connaître un coup d’arrêt temporaire. Ce mardi 13 avril, les autorités sanitaires américaines ont en effet recommandé de faire une pause dans l’utilisation de ce vaccin. En cause, l’apparition, comme pour le vaccin AstraZeneca, d’événements thromboemboliques graves, et notamment de thromboses veineuses cérébrales associées à une diminution importante des plaquettes sanguines, chez certaines personnes vaccinées. Les Centres de lutte et de prévention des maladies (CDC) et l’Agence américaine des médicaments (FDA) enquêtent actuellement sur six cas rapportés aux Etats-Unis de personnes ayant développé des cas rares et graves de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin, a ainsi indique la FDA dans un communiqué. Les CDC devraient se réunir mercredi 14 avril afin d’évaluer les cas de thrombose qui leur ont été remontés. En conséquence, Johnson & Johnson a pris la décision de retarder le déploiement de son vaccin en Europe et assure se pencher sur l’ensemble de ces cas en collaboration avec les autorités européennes de santé, d’après un message transmis à l’AFP. À noter toutefois que les premières doses du produit ont été livrées sur le territoire français lundi 12 avril, avec une semaine d’avance.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)