EN BREF

Les infirmières scolaires demandent un "plan d'urgence pour l'école"

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Gestion calamiteuse, chaotique, déni, manque d’anticipation, insuffisances, grande désorganisation (...) Après deux années de gestion de crise, les infirmières de l’Éducation nationale sont épuisées et partagent l’exaspération des Élèves, des Parents et de l’ensemble des personnels qui portent l’École ouverte à bout de bras. Dans un communiqué, le syndicat de la profession infirmière de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur, le SNICS-FSU, se mobilise. Avec 7700 emplois pour couvrir plus de 60 000 sites scolaires et 13 millions d’élèves, elles poursuivent leurs missions au service des élèves au prix d’un épuisement professionnel de plus en plus alarmant et sans matériel de protection adapté, affirme le SNICS-FSU. Dénonçant une mauvaise gestion de la crise sanitaire dans les écoles, pointant notamment du doigt la surcharge de travail et le manque de moyens des infirmières scolaires, le syndicat demande un plan d'urgence pour l'école, avec : 

  • Le recrutement immédiat d’infirmières par le biais des listes complémentaires, associé à une création massive d'emplois infirmiers pour faire face à cette épidémie et à ses conséquences au long court sur la santé physique et psychique des élèves ainsi qu'aux inégalités scolaires qui en découlent.
  • La reconnaissance de leur engagement et de l’accroissement déraisonnable de leur charge de travail par le versement des « primes COVID » et du Complément de Traitement Indiciaire de 183€, desquels elles sont exclues sans aucune justification.

Appel à la mobilisation le 13 janvier prochain 

Le syndicat, très remonté contre le gouvernement qu'il accuse d'être dans le déni, appelle l’ensemble des infirmières de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur à participer aux mobilisations de la communauté éducative le 13 janvier prochain, y compris par le biais de la grève, pour dénoncer les conditions de travail intenables au sein d’une École submergée qui se dégrade au fil des mois.





Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)