EN BREF

Les séjours à l'hôpital sont plus courts avec Omicron, confirme Olivier Véran

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Une bonne nouvelle dans ces temps troublés. Les patients atteints de Covid 19 restent moins longtemps à l'hôpital et sont moins envoyés en réanimation quand ils sont infectés par le variant Omicron, devenu largement majoritaire en France ces dernières semaines, a fait savoir lundi 10 janvier le ministre de la Santé, Olivier Véran. Par rapport à ses prédécesseurs, Omicron donne moins de détresse respiratoire, et envoie donc moins les patients en réanimation, a-t-il précisé lors d'une audition devant les sénateurs, remarquant qu'Omicron paraissait plutôt affecter les parties hautes des voies respiratoires (et touchant donc moins les poumons que d'autres variants). Ce variant provoque tout de même des syndromes grippaux assez forts et entraîne des hospitalisations, comme les précédentes versions du virus, mais les patients hospitalisés vont avoir des besoins en oxygène de trois quatre jours et (...) ensuite vont pouvoir sortir, a détaillé le ministre. L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) confirme de son côté que les patients infectés par Omicron restent très minoritaires en soins critiques

Un vaccin adapté à Omicron pour le mois de mars ? 

Le patron du laboratoire Pfizer, Albert Bourla, a assuré lundi qu'une version du vaccin contre le Covid-19 adaptée au variant Omicron sera prête en mars tandis que son homologue chez Moderna a évoqué la préparation d'un vaccin similaire pour l'automne (et qui devrait entrer bientôt en essai clinique). Nous espérons pouvoir arriver à un produit qui protégera beaucoup mieux contre les infections en particulier, car la protection contre les hospitalisations et les cas sévères est assez raisonnable avec les vaccins actuels si vous avez eu la troisième dose, a ainsi expliqué Albert Bourla sur la chaîne financière américaine CNBC, ajoutant qu'il fallait toutefois encore mener des études pour savoir si une quatrième dose était nécessaire. 

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)