EN BREF

Macron annonce un déconfinement progressif à partir du 11 mai

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le discours d'Emmanuel Macron était très attendu, lundi 13 avril au soir, alors que les Français achèvent leur 4e semaine de confinement pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus. Peu après 20h, le chef de l'Etat a donc pris la parole pour annoncer, d'abord, un début de déconfinement à partir du 11 mai, accompagné d'une réouverture progressive des écoles et des crèches. En revanche, dans l'enseignement supérieur, les cours ne reprendront pas physiquement avant l'été, a-t-il affirmé. C'est la condition pour ralentir encore davantage la propagation du virus, réussir à retrouver des places disponibles en réanimation et permettre à nos soignants de reconstituer leurs forces. Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d'être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir, a-t-il toutefois nuancé.

L'épidémie commence à marquer le pas et l'espoir renaît, a souligné le président, tout en reconnaissant des failles et que la France n'était à l'évidence pas assez préparée à la pandémie. Le moment, soyons honnêtes, a révélé des failles, des insuffisances. Comme tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, de gants, de gels hydro alcooliques. Nous n'avons pas pu distribuer autant de masques que nous l'aurions voulu pour nos soignants, pour les personnels s'occupant de nos aînés, pour les infirmières et les aides à domicile. Dès l'instant où ces problèmes ont été identifiés, nous nous sommes mobilisés - Gouvernement, collectivités locales, industriels, associations - pour produire et pour acquérir le matériel nécessaire. Mais je mesure pleinement que, lorsque l'on est au front, il est difficile d'entendre qu'une pénurie mondiale empêche les livraisons. (...) D'ici trois semaines, nous aurons, imaginez-le, multiplié par cinq la production de masques pour nos soignants en France et nous aurons produit 10 000 respirateurs supplémentaires de plus sur notre sol. Ces respirateurs si précieux en réanimation.

Emmanuel Macron a aussi souligné les réussites de ces dernières semainessoyons aussi justes avec notre pays, ont été marqué par de vraies réussites : le doublement du nombre de lits en réanimation, ce qui n'avait jamais été atteint, les coopérations inédites entre l'hôpital, les cliniques privées et la médecine de ville, le transfert de patients, vers les régions les moins touchées, mais aussi vers le Luxembourg, la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche, que je remercie (...) 

La France pourra tester non pas toute la population, mais bien toute personne présentant des symptômes et chaque Français devra pouvoir se procurer un masque grand public, a assuré le chef de l'Etat. En revanche, bars et restaurants resteront fermés, et les grands festivals et rassemblements restent bannis au moins jusqu'à mi-juillet, une menace notamment pour Cannes et le Tour de France, qui ne pourront de toute façon plus se dérouler à leurs dates prévues. Peu après le discours présidentiel, les organisateurs du Festival d'Avignon (le "in") ont d'ailleurs annoncé son annulation.

Répondant aux inquiétudes -notamment soulevées par le Secours Catholique- d'un basculement dans la grande précarité de nombreux Français, notamment les étudiants et les intérimaires, Emmanuel Macron a annoncé une aide sans délai aux familles les plus modestes et pour les étudiants les plus précaires. Les frontières de la France avec les pays non-européens resteront fermées jusqu'à nouvel ordre, a-t-il affirmé. En attendant, il a estimé que la crise sanitaire devait être un moment de vérité, de refondation pour l'Europe, avec plus d'unité et de solidarité. De même, Il a estimé que la France et l'Europe allaient devoir aider l'Afrique à lutter contre le coronavirus en annulant massivement sa dette.

Retrouvez l'intégralité du discours d'Emmanuel Macron sur le site de l'Elysée

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)