EN BREF

Omicron responsable d'un premier décès au Royaume-Uni

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le Royaume-Uni a enregistré ce lundi 13 décembre son premier décès dû au variant Omicron du Covid-19. S’il est jugé plus contagieux, il ne serait pas plus virulent que le variant Delta et ne provoquerait pas plus de cas graves, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, qui demeure toutefois prudente, les données sur Omicron étant encore trop récentes.

Un rythme de propagation alarmant

Détecté pour la première fois officiellement en Afrique du Sud le 26 novembre 2021, ce nouveau variant menacerait d’ores et déjà de devenir majoritaire au Royaume-Uni où, rien qu’à Londres, il représente 40 % des contaminations selon le ministre de la Santé, Sajid Javid. D’ici demain, ce sera la majorité des cas, a prévenu Boris Johnson, le premier ministre britannique lors d’une visite dans un centre de vaccination de la capitale, alertant sur le rythme alarmant de sa propagation dans la population. Omicron se propage à un taux phénoménal, les infections étant doublées tous les deux à trois jours, a ajouté Sajid Javid, sur la chaîne d’information Sky News. Une dizaine de patients atteints du variant auraient ainsi déjà été hospitalisés, le nombre total de cas officiels ayant été estimé dimanche 12 décembre à 3 137, pour un nombre réel qui serait en réalité bien supérieur.

Tout miser sur la campagne de rappel

Face à ce qu’il qualifie d’un raz-de-marée d’Omicron, le gouvernement a avancé d’un mois la possibilité de proposer une piqûre de rappel vaccinal à tous les plus de 18 ans, deux doses n'étant pas jugées suffisamment efficaces face au nouveau variant, qui pourront donc en bénéficier avant la fin de l’année. Il entend ainsi multiplier les centres de vaccination, étendre les horaires et déployer l’armée afin de doubler le nombre de troisièmes doses offertes à environ un million par jour. Actuellement, 40 % des plus de 12 ans ont déjà reçu une dose de rappel. Parallèlement, afin de freiner la propagation du virus, le gouvernement a encouragé les Britanniques à recourir plus largement au télétravail et a imposé le port du masque dans les lieux fermés, à l’exception des pubs et des restaurants. Enfin, un passeport sanitaire sera instauré dès mercredi 15 décembre dans les lieux de rassemblement, cette mesure devant toutefois encore faire l’objet d’un vote. A l'heure actuelle, le Royaume-Uni compte 146 000 décès dus au Covid-19.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)