EN BREF

Profession intermédiaire de santé : Stéphanie Rist capitule momentanément

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant
Face à la contestation massive des médecins et des paramédicaux, qu'ils soient hospitaliers ou libéraux, la Députée LREM Stéphanie Rist a préconisé la production d'un rapport dressant un état des lieux de la mise en place des auxiliaires médicaux en pratique avancée et des protocoles de coopération d'ici un an. Une base nécessaire, selon elle, pour revoir sa copie concernant la constitution d'un "métier intermédiaire de santé". Le mois dernier, la référence a fait beaucoup de bruit : la proposition N°3470, déposée par la députée fin octobre et appuyé par Olivier Véran a provoqué une levée de boucliers et fait couler des litres d’encre. Pour les médecins, il s’agissait d’une dévalorisation de la profession - comprendre exercice de la médecine sans doctorat - s’indignait Rachel Bocher, Présidente de l’intersyndicale nationale des praticiens hospitaliers (INPH), interrogée par nos confères de What’s up Doc. Pour les infirmiers libéraux, d'une absence de définition précise de ce futur métier ainsi que d'une justification fallacieuse d'une telle création, rappelant au passage que la reconnaissance à leur juste valeur des compétences infirmières était sans doute la première étape nécessaire à une évolution efficace. Contrairement à ce que l’on veut faire croire, le cloisonnement important des professionnels de santé avec d’une part le médecin diplômé d’un bac + 10 et d’autre part l’infirmière titulaire d’un bac +3 n’existe pas". Nul besoin d’une nouvelle couche dans le millefeuille qu’est le système de santé actuel ; il suffit d’optimiser ce qui existe déjà, répondait vertement le SNIIL. Sans compter le scepticisme de la profession infirmière en général et de plusieurs députés, comme celui de Philippe Vigier (Modem, Eure-et-Loir), qui craint qu'un rapport gouvernemental (préconisé par amendement le 25 novembre par Stéphanie Rist, NDLR) soit moins objectif qu'un rapport parlementaire et signifie faire tomber aux oubliettes une éventuelle évolution des professions paramédicales. En attendant, la Députée bat en retraite.

A lire aussi sur le sujet sur le site Cadres de santé

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)