TFE

Les soignants et la toilette mortuaire : la fin d'une histoire ?

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

En juin 2017, Edwige Degans, alors étudiante en soins infirmiers à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers du centre hospitalier de Dax – Université de Bordeaux - promotion 2014-2017 - a soutenu avec succès son travail de fin d'études sur la thématique suivante : « Les soignants et la toilette mortuaire : la fin d'une histoire ? ». Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l'en remercions.

patient fin de vie soins palliatifs

Cette étudiant en soins infirmiers a voulu traiter de la mort et de ce que les soignants qui y sont confrontés ressentent, de ce qui peut les mettre en difficulté et de ce qu’ils mettent en place pour y remédier. »

Voilà comment Edwige nous explique le choix de sa question de recherche. «J’ai choisi cette situation de départ car elle m’a particulièrement touchée et a bouleversée de façon positive ma vision du soin. Cette situation se déroule lors de la deuxième partie de mon stage de semestre 4. Nous sommes un lundi, dans un service de médecine d’un hôpital. Nous sommes en train de distribuer les médicaments avec l’infirmière présente de matin, sur ce secteur. Une aide-soignante vient alors nous trouver. Elle nous annonce qu’une patiente est décédée. Il s’agit de Mme G, 56 ans, entrée dans le service le vendredi soir, pour altération de l’état général suite à la chimiothérapie qui lui a été administrée quelques jours plus tôt. Cette dame était atteinte d’un cancer pulmonaire et avait de multiples métastases. A son arrivée le vendredi soir, elle présentait des signes d'agitation et d'inconfort. Elle avait passé la journée aux urgences. Elle avait été transférée dans le service vers 18h. Un antalgique de pallier III en pousse-seringue avait été mis en place.

Ce mémoire ne cherche pas à résoudre un éventuel problème avec la mort, mais surtout à comprendre ce qui se joue dans les services au moment du décès des patients.

Elle était inconsciente et aucune communication verbale n’avait pu être établie lors de cette entrée et durant tout son séjour. La famille n’était pas présente dans les premières heures mais était arrivée après. Le médecin du service avait, alors, tenu à préparer cette dernière, ainsi que l'équipe, à un décès proche. Je dois aussi préciser que je connaissais cette dame d’un précédent stage effectué quelques semaines...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)