TFE

TFE – Quand Alzheimer rime avec souffrance

En juin 2013, Aurélie Marchant, alors étudiante à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers de Maubeuge (promotion 2010-2013), soutenait avec succès son travail de fin d’études sur le thème « Quand Alzheimer rime avec souffrance ». Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l'en remercions.

quand Alzheimer rime avec souffrance

Quand Alzheimer rime avec souffrance

Aurélie Marchant débute ainsi son travail de recherche : « La maladie d’Alzheimer est un sujet qui touche beaucoup. Bon nombre d’écrits existent sur celle-ci mais peu d’entre-eux parlent de la souffrance de ces patients et des mécanismes de défense que l’on emploie face à cette souffrance. Je souhaitais réaliser un mémoire qui n’était pas comme les autres, un mémoire qui parle de ce qui peut déranger, de ce qui nous touche et nous renvoie à nous-mêmes.

J’ai donc trouvé une question centrale de recherche qui globalise les thèmes que je souhaitais traiter et qui étaient renvoyés par la situation d’appel : En quoi les mécanismes de défense des soignants face à une demande d’un patient atteint par la maladie d’Alzheimer génèrent-ils une souffrance ?. Puis j’ai rencontré, dans le cadre de mon entretien exploratoire, un cadre de santé qui m’a orientée. Cet entretien a confirmé ma question centrale de recherche qui est devenue ma problématique sans changement car elle collait vraiment à mon idée.

Pour étudier ce sujet, j’exposerai dans un premier temps ma situation de départ puis toutes les questions qui me sont venues à la suite de cette situation. Puis dans un deuxième temps, je construirai mon modèle d’analyse en développant mes concepts qui sont la souffrance psychique, les représentations sociales et les mécanismes de défense. Dans une troisième partie, j’exposerai ma phase de constatation par l’analyse des entretiens réalisés auprès des soignants que je confronterai à mon cadre théorique. Enfin, j’élaborerai l’analyse descriptive et interprétative des informations récoltées, dans le but de vérifier mes hypothèses et conclurai.

Je suis bien consciente que j’ai traité, par le biais de ce mémoire, un sujet difficile et qui, comme a pu le souligner une personne que j’ai rencontrée en entretien, est « de la dynamite ». Ce sujet dérange et bouscule les soignants car ils se sentent visés et parfois même jugés bien que ce ne soit pas le sujet de ma recherche. Cependant, je l’ai trouvé très intéressant et il mériterait d’être approfondi. Si j’avais à effectuer une nouvelle recherche à la suite de ce mémoire, ce serait sur la prise en charge de la souffrance des patients qu’ils soient ou non atteints d’une démence de type Alzheimer. Je pense qu’il faudrait se pencher sur la question car c’est un sujet trop peu soulevé, et les patients peuvent sortir guéris d’une pathologie mais être en grande souffrance. »

Lire le TFE « Quand Alzheimer rime avec souffrance »

Creative Commons License

Rédactrice Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)