INFOS ET ACTUALITES

"Reste chez toi" : le cri du coeur des soignants adressés aux Français

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Les mesures sont tombées samedi 14 mars, en début de soirée. Devant l'épidémie de COVID-19 qui ne cesse d'avancer, augmentant un peu plus chaque jour la tension des services hospitaliers mais aussi l'organisation des soins de ville, associée à une mobilisation sans précédent de l'ensemble des professionnels de santé, les Français sont privés de la plupart des lieux publics et invités à télétravailler tout en s’occupant de leurs enfants en attendant d’éventuelles mesures encore plus radicales. Cependant, les scènes de vie "quasi normales" constatées hier dimanche, posent question quant à la bonne compréhension de ce qu'il est en train de se passer en France et notamment en terme d'observance du confinement. Ce confinement appelé par les soignants à être strictement respecté au travers du challenge "reste chez toi" devenu viral, lui aussi...

“On a besoin de toi : rejoins le challenge ‘reste chez toi’”, demandent ainsi des médecins, infirmiers et pneumologues, afin de pouvoir traiter dans les meilleures conditions les cas graves et urgents.

Je conjure les Français de respecter les mesures de confinement, a fait savoir avec gravité de son côté Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, sur le plateau de France 2 au soir des résultats du premier tour des élections municipales. Parmi les cas confirmés dimanche soir, 50% des patients en réanimation sont des patients jeunes et qui ont moins de 60-65 ans, rappelant le bilan du jour : 5423 cas confirmés, 127 décès et 400 personnes hospitalisées en réanimation en France. 

Grandes surfaces, commerces alimentaires, pharmacies, marchands de journaux, pompes funèbres ou banques : le gouvernement a fait la liste des commerces qui pourront ouvrir dans le cadre des mesures de confinement décidées face au coronavirus, dans un arrêté paru lundi au Journal Officiel. Les commerces français "peuvent continuer à recevoir du public pour les activités figurant en annexe du présent arrêté", dit le texte.

Il en va aujourd'hui de la responsabilité de chacun d'entre nous d'observer les mesures barrières et de confinement afin de nous protéger, de protéger nos proches mais surtout de protéger tous les professionnels de santé, sur le pont, 24h sur 24, au service de la santé des Français.

Sur les réseaux sociaux, un autre appel a été lancé par un illustrateur indépendant, Mathieu Persan. Celui-ci propose des affiches avec écrit en gros “Restez à la maison” ou “Stay at home”, à imprimer en A4 ou A3 pour les placarder ensuite dans les halls d’immeubles.

L'heure est grave, ce matin, les appels à renfort de professionnels de santé, au-delà de ceux déjà lancés la semaine dernière par la réserve sanitaire et les ordres professionnels, fleurissent, laissant augurer des limites annoncées de notre système de santé dans sa globalité. Les professionnels de santé des soins de ville sont également soumis à un rythme de consultations et de prises en soins exponentiel. Ils doivent également être préservés et surtout équipés pour exercer en toute sécurité, pour eux et pour leurs patients. Aux dernières nouvelles remontées via nos réseaux sociaux, la situation était très hétérogène dans les cabinets de soins. Olivier Véran a annoncé le 13 mars dernier, la mise en place d’une stratégie de gestion et d’utilisation des masques de protection sur l’ensemble du territoire national. Cette stratégie doit bénéficier prioritairement aux professionnels de santé et s’adaptera aux besoins constatés ainsi qu’à l’évolution de la situation et des disponibilités en masques de protection.

Certains établissements de santé, comme celui de Grenoble, demandent même au personnel de fabriquer des masques pour se protéger afin de pallier le manque lié à l'épidémie de coronavirus. Hallucinant, non ? Et des tutoriels ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux pour celles et ceux qui ont la main habile... 

Il en va donc aujourd'hui de la responsabilité de chacun d'entre nous d'observer les mesures barrières et de confinement afin de nous protéger, de protéger nos proches mais surtout de protéger tous les professionnels de santé, sur le pont, 24h sur 24, au service de la santé des Français. Leur résistance à la vague qui va déferler sur eux dépend de la nôtre qui doit définitivement tomber quant à l'observance des mesures intimées par le Gouvernement.

A l'ère du doute permanent, la dissonance cognitive est ravageuse. Elle est, ici, née de l'affrontement d'annonces, d'un côté, la fermeture des "lieux non indispensables", de l'autre, l'appel aux Français à se rendre dans les bureaux de vote. La seconde a d'évidence ébranlé la certitude du premier. Communiquer est devenu un mot magique de notre société de masse. Tout en ayant semblé pâtir de sa banalisation (tout est communication), et du discrédit de l'information et de la parole publique, la communication reste indispensable pour sensibiliser au risque. Un gouvernement qui peine à communiquer et surtout à convaincre les Français de l'importance du risque ne peut pas tendre le dos sous l'orage en espérant qu'il ne durera pas. Il doit surmonter le doute en créant l'émotion collective. Faire partager la parole scientifique en la mettant en avant, écrit Florian Silnicki, Expert en communication de crise et Fondateur de l'Agence LaFrenchCom.

Le président Emmanuel Macron doit trancher la lourde question d’un éventuel confinement obligatoire de toute la population. Il parlera une nouvelle fois, ce lundi 16 mars à 20h...

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Médecin

Commentaires (0)