GRANDS DOSSIERS

1 patient hospitalisé sur 10 subirait un événement indésirable lors de ses soins

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

La Haute autorité de santé (HAS) a présenté plusieurs outils déjà expérimentés pour optimiser le travail en équipe afin de limiter la survenue d'événements indésirables associés aux soins, lors d'une conférence de presse.

réanimation soins patient

Les facteurs humains, situationnels et organisationnels sont les principales causes des EAIS en milieu de soins.

Il n'existe pas de recueil exhaustif des événements associés aux soins en France. Les enquêtes nationales sur les événements indésirables liés aux soins (Eneis) menées par la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) en 2004 et 2009 indiquent que sur les 275 000 à 395 000 événements indésirables graves survenant chaque année en France, 27% mettent en cause un facteur lié à l'équipe. En outre, les résultats obtenus à partir de la base de données REX de la HAS sur 47 000 événements porteurs de risques rejoignent ceux des enquêtes Eneis.

A travers la certification des établissements, l'accréditation des médecins exerçant des spécialités à haut risque et le développement des check-lists opératoires, la HAS dispose de moyens pour limiter la survenue des événements indésirables associés aux soins. Le président du Collège de la HAS, Jean-Luc Harousseau, a présenté trois types d'outils développés par la HAS dans ce cadre : la revue de morbi-mortalité, le programme d'amélioration continue par le travail en équipe (Pacte) et les actions visant à impliquer le patient dans sa sécurité.

Les EIAS comprennent les événements porteurs de risques (EPR) et les événements indésirables graves (EIP) La revue de morbi-mortalité consiste en une analyse des événements indésirables afin de réduire leur fréquence et leur gravité. Ces revues "en théorie obligatoires" en chirurgie, anesthésie-réanimation et cancérologie, sont en réalité mises en place dans seulement 57% des établissements concernés, a indiqué le Pr Harousseau. Le...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

264 commentaires

#3

Merci de votre lecture appliquée !

Ah ces fautes de frappe qui donnent un sens tout à fait incongru au texte... dans ce cas, c'est plutôt comique... Merci c'est corrigé ! :)

syannick

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Re bravo....

Le "« Patient-tracteur » : valable à tous les âges et en psychiatrie "
n'est pas mal non plus !!!!
C'est un concept nouveau de patients qui "tractent" les autres vers la guérison....?
A moins que ce soit du "Patient traceur" dont il s'agit....
;0)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

590 commentaires

#1

bravo

"A la rentrée prochaine, la HAS lancera la phase pilote de ce programme, dans laquelle 70 équipes se sont dors et déjà inscrites."

@ bescherelle ta mère !!