AU COEUR DU METIER

Entretien préalable au don du sang : oui aux infirmiers

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Le Journal officiel a publié le 14 septembre 2014 un décret modifiant des règles relatives aux activités de transfusion sanguine à l'Etablissement français du sang (EFS), autorisant notamment la réalisation de l'entretien préalable au don du sang par des infirmiers, à titre expérimental et sous certaines conditions.

don du sang entretien préalable

Un entretien préalable autorisé aux infirmiers, à titre expérimental et sous certaines conditions.

Interrogée le 15 septembre par l'APM, la directrice adjointe des affaires juridiques de l'EFS, Karine Bornarel, a déclaré que la mise en place de ce dispositif était très attendue par les services de l'établissement public. "L'entretien pré-don est déjà réalisé dans de nombreux pays par du personnel non médical", a-t-elle relevé. "Une première expérimentation menée en France en 2006-07 a permis l'ouverture de l'entretien pré-don à des infirmiers dans les régions de Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Atlantique (Poitou-Charentes et Centre) et Pays-de-la-Loire", a-t-elle rappelé. "Cette initiative a démontré que les infirmiers pouvaient réaliser des entretiens pré-dons avec fiabilité et efficacité". "L'article 15 du nouveau décret prévoit l'instauration d'un dispositif expérimental similaire, sur l'ensemble du territoire, en métropole et dans les DOM [départements d'outre-mer], pour une durée de deux ans", a-t-elle expliqué.

Dans le détail, si un risque de contre-indication apparaît durant l'entretien pré-don, l'infirmier ou l'infirmière fera appel à un médecin titulaire du diplôme d'études spécialisées complémentaires (DESC)d'hémobiologie-transfusion, de la capacité en technologie transfusionnelle, du diplôme universitaire de transfusion sanguine ou d'un diplôme de médecine du don. Lorsque la cause de la contre-indication ne sera pas comprise par le donneur, ou à chaque fois que celui-ci le demandera, l'infirmier ou l'infirmière fera également appel à un médecin, peut-on lire dans le décret. En outre, le médecin continuera à assurer les entretiens relatifs aux premiers dons, note-t-on.

Un rapport d'évaluation de ce dispositif sera transmis au ministère de la santé et à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avant l'expiration d'un délai de 18 mois, à compter de l'entrée en vigueur du décret. Le décret publié le 14 septembre 2014 est entré en vigueur le 15, à l'exception de l'article concernant la réalisation de l'entretien pré-don par des infirmiers, qui entrera en vigueur six mois après sa publication,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)