AU COEUR DU METIER

Les jardins thérapeutiques fleurissent dans les programmes de soins

par .

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Stimulants à la fois pour le corps et l’esprit, les jardins thérapeutiques s'intègrent de plus en plus dans les projets de soins hospitaliers. Véritables outils de soins, leurs bienfaits sont désormais indéniables, aussi bien pour les personnes âgées et que pour les patients psychiatriques, mais pas uniquement...

jardin thérapeutique

Les établissements de soins sont de plus en plus nombreux à offrir à leurs patients un jardin thérapeutique.

Pour William Shakespeare, le corps est un jardin et la volonté son jardinier. Une volonté de guérir, d'aller mieux et de s'en sortir que les soignants entendent bien raviver chez leurs patients grâce à une activité thérapeutique : le jardinage. Sur le plan pédagogique et organisationnel, il faut impulser l'outil jardin à tous. Sur les premières approches, l'objectif est avant tout de recréer une dynamique de travail, de faire quelque chose à plusieurs et d'avoir un but dans la journée. Nous sommes dans l'offre de soins, explique le Docteur Crouzet qui prescrit le jardin thérapeutique à ses patients. Stimuli sensoriels, prises de parole, promenades, activités… Les jardins thérapeutiques offrent en effet de multiples moyens de soigner et de renouer avec son corps. Les patients doivent à nouveau prendre soin d'eux et se réapprioprier leur corps, ce dont ils n'ont souvent plus conscience. Ils doivent retrouver ce corps sain dans un esprit sain, indique Nathalie Joulié Morand, directrice de développement d'une entreprise spécialisée dans la création de jardins thérapeutiques. Un aspect qu'hôpitaux et EHPAD ont bien intégré...

L'objectif est avant tout de recréer une dynamique de travail, de faire quelque chose à plusieurs et d'avoir un but dans la journée... nous sommes dans l'offre de soins.

EHPAD et hôpitaux cultivent l'idée

EHPAD, centres hospitaliers, hôpitaux psychiatriques… Ils sont désormais nombreux à avoir investi dans la création d'un jardin thérapeutique dans l'enceinte de leur établissement. Car finalement, savoir prendre soin des plantes est un premier pas pour pouvoir prendre soin de soi.

Pour les soignants, le jardin s'inscrit comme un authentique support thérapeutique dans un projet de soins. Au centre hospitalier « La Valette », un établissement de santé mentale et de psychiatrie, le jardin intègre la prise en charge addictologique. L'équipe pluridisciplinaire a ainsi élaboré un programme d’accompagnement post sevrage, d'indépendance et de limitation des risques de rechute s'articulant autour du jardinage. Chaque patient bénéficie d’un projet individualisé. Les répercussions du jardin sur leur bien-être sont évaluées puis reportées sur des fiches, facilitant ainsi le suivi des activités réalisées par chacun d’entre eux. En cas de ré hospitalisation, les soignants peuvent ainsi reprendre le projet avec eux. Les patients repartent chez eux avec une bouture ou une plante dont ils se sont particulièrement occupés pendant leur séjour. Un souvenir du jardin qui leur rappellera ce qu’ils ont réussi à faire lorsqu’ils étaient en établissement.

Le 24 juin dernier, c'est le CHU de Dijon qui a enfin inauguré son jardin thérapeutique. Un projet concrétisé après trois ans de réflexion et qui s'intègre dans la prise en charge des patients du Centre Gériatrique de Champmaillot. Dès qu’on prend du temps pour les résidents, ils sont différents, ils sont eux-mêmes. Jardiner semble les relaxer : ils dorment mieux après, remarque Odile Martin, infirmière. Un constat confirmé par Martine, aide-soignante. Nous pouvons emmener les résidents ici juste pour qu'ils se détendent. Ils sont plus heureux et nous aussi.

Les soignants se mettent aussi au vert

Mais les patients ne sont pas les seuls à profiter des bienfaits de la nature. Les jardins thérapeutiques sont aussi destinés aux soignants qui profitent de leur côté apaisant avec les résidents. Il s'agit pour eux d'un moyen de détente, précise Nathalie Joulié Morand. Car en effet, les jardins permettraient en outre d'enrayer les phénomènes de burn out et de turnover provoqués entre autres par les dures conditions de travail. Les professionnels de santé exercent des métiers épuisants. Côtoyer la souffrance, la maladie et la mort au quotidien laisse forcément des séquelles. Il est important de les aider à garder le moral. C'est pour eux une expérience riche qui leur permet d'apprécier davantage leur métier.

De plus en plus d'équipes soignantes s'investissent dans la conception d'un jardin thérapeutique dans leur lieu de travail, à la fois pour les patients et pour eux. Le caractère indispensable d'un espace vert pour améliorer le bien-être au travail a notamment motivé les soignants de l'EHPAD de saint Quirin à interpeller leur directeur à ce sujet. Les chefs d'établissement comprennent l'importance de proposer un meilleur environnement de travail : c'est un vrai plus pour exercer autrement. Ces espaces sont de véritables parenthèses pendant lesquelles les soignants se ressourcent, le temps d'une pause. Nous observons d'ailleurs une baisse significative de turn over dans les établissements accueillant des jardins thérapeutiques. Une raison de plus qui devrait convaincre les hôpitaux qui ne l'ont pas déjà fait de se mettre immédiatement au vert !

[Concevoir et entretenir un jardin thérapeutique] est pour les soignants une expérience riche qui leur permet d'apprécier davantage leur métier.

Creative Commons License

Gwen HIGHT  Journaliste Infirmiers.comgwenaelle.hight@infirmiers.com@gwenhight

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

trouvez votre poste en quelques clics

Publicité

Commentaires (0)