AU COEUR DU METIER

Ludovic, infirmier-transporteur

par .

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Infirmier au sein de Mondial Assistance, Ludovic le Gal a choisi d'exercer dans un secteur particulier. Il nous raconte son parcours...

Ludovic infirmier transporteur Mondial Assistance

Ludovic, infirmier/transporteur passionné par son métier

Ludovic le Gal, 37 ans et Infirmier Diplômé d'État depuis 1999, exerce son métier dans le secteur de l'assistance depuis 2003. Très vite, j’ai réalisé que mon intérêt se portait vers des postes « dynamiques », où la routine n’existe pas, explique-t-il. C’est donc tout naturellement que je me suis intéressé au secteur de l’assistance. Il s'inscrit donc au diplôme universitaire (DU) « Transports aériens et rapatriements sanitaires », puis, en parallèle de son activité hospitalière en réanimation, intègre l'équipe de Mondial Assistance France.

Pour Ludovic, le secteur de l'assistance est passionnant. L'activité est par nature aléatoire puisqu'elle consiste à venir en aide aux personnes qui en ont besoin, où qu'elles soient. Ainsi, l'infirmier/transporteur rencontre chaque jour un cas différent. Nous devons aussi être en mesure de réaliser l'évaluation médicale d'un patient même s'il se trouve à l'autre bout du monde et parfois dans un cadre d'exercice peu adapté aux soins, en milieu aérien notamment, souligne Ludovic.

Des missions spécifiques

Dans le cadre de sa profession, Ludovic est amené à prendre en charge une personne sur son lieu de séjour, lui administrer les soins médicaux et surveiller le bon déroulement de son rapatriement jusqu'à l'hôpital le plus proche de chez elle ou à son domicile. Les missions de Ludovic au sein de Mondial Assistance sont ainsi divisées en plusieurs activités, notamment de :

  • logistique où le transporteur gère le stock de médicaments, d'équipements électroniques et les lots de transports ;
  • régulation, qui consiste à prendre contact avec le patient et l'équipe soignante de l'hôpital où il a été admis afin d'évaluer son autonomie, les douleurs éventuelles et permettre au médecin de prescrire le transport le plus adapté ;
  • recherche de place de réhospitalisation ou une prise en charge du retour au domicile afin que tout se passe dans les meilleures conditions. Cela inclut la mise en relation avec des organismes capables d'apporter l'aide dont le patient pourrait avoir besoin lors du retour à son domicile.

Lorsque l’on part en mission pour effectuer un rapatriement sanitaire, on sait quand on part mais on ne sait jamais quand on sera de retour

Prendre en charge le patient dans sa globalité

Cette polyvalence nécessite bien entendu des qualités propres. Ludovic précise qu'il faut être disponible pour répondre en urgence aux demandes, être autonome et savoir anticiper le moindre imprévu. Je citerais également la maîtrise de l'anglais qui reste indispensable pour pouvoir intervenir partout dans le monde. Enfin, secourir des personnes dans un pays qui leur est étranger peut être une source supplémentaire de stress. Il faut donc faire preuve d'empathie et savoir instaurer un dialogue de confiance... Tout cela rend mon travail passionnant ».  De plus, ce poste permet à Ludovic de prendre en charge le patient dans sa globalité, de l'ouverture du dossier au rapatriement jusqu'à son retour chez lui. « Cette activité me permet de passer de longues heures avec les patients, ce qui est impossible à l’hôpital, confie-t-il. Je peux ainsi mesurer plus facilement l’aide apportée à cette personne à chaque instant. J’éprouve à chaque fin de rapatriement le sentiment particulier de « mission accomplie ».

Pour Ludovic, chaque rapatriement est une aventure. Lorsque l’on part en mission pour effectuer un rapatriement sanitaire, on sait quand on part mais on ne sait jamais quand on sera de retour, indique-t-il. Et d'ajouter : Lors d’une mission à New York pour prendre en charge une patiente victime d’une fracture du fémur, le volcan islandais s’est réveillé. Impossible de repartir, nous sommes restés bloqués cinq jours à New York, et j’ai même manqué ma propre crémaillère !. Je me rappelle notamment de l'évacuation sanitaire d'une patiente polytraumatisée depuis Rovaniemi (cercle polaire) en Falcon 10 vers Paris, juste avant Noël. Cet embarquement a été très compliqué : la personne en question était intubée, ventilée et équipée d'un fixateur externe pour immobiliser une fracture du bassin. A quelques centimètres près, la patiente n'aurait pas pu rentrer dans l'avion...

J’éprouve à chaque fin de rapatriement le sentiment particulier de mission accomplie

Après onze années d'activité intensive, Ludovic envisage de diminuer un peu ces déplacements. Pour autant, il n'est pas question d'arrêter. Depuis quelques temps, je transmets mon expérience et forme de nouveaux infirmiers à ce métier de transporteur, indique-t-il. C'est pour moi une suite logique de mon métier : partager, transmettre et expliquer concrètement ce que nous faisons grâce à notre expérience terrain....

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE   Rédactrice Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

trouvez votre poste en quelques clics

Publicité

Commentaires (0)