AU COEUR DU METIER

Les entretiens pré-don réalisés par des infirmiers ?

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Un projet de décret soumis à concertation prévoit de confier la réalisation d'entretiens préalables au don du sang à des infirmiers ou des internes au lieu d'un médecin, dans le cadre d'une expérimentation nationale sur deux ans.

infirmier entretien

Les entretiens préalables au don bientôt réalisés par des infirmiers

Ce projet de décret relatif au sang humain a été examiné par le Haut conseil des professions paramédicales (HCPP) le 17 décembre 2013, qui a donné un avis favorable. Le texte, qui comporte 21 articles, actualise certaines dispositions au regard des différentes réformes ayant impacté le secteur, comme la loi sur la biologie médicale du 30 mai 2013 et la loi "Hôpital, patients, santé et territoires" (HPST) du 21 juillet 2009, selon la notice. Il met en oeuvre certaines recommandations du rapport de l'Inspection générale des affaires sociales Igas rédigé à la suite du décès d'une donneuse de plasma à Lyon en septembre 2009 et paru en janvier 2011. Il intègre des éléments inscrits au sein du contrat de performance de l'Etablissement français du sang (EFS) pour 2010-13.

L'article 15 prévoit de confier, pendant une durée de deux ans, l'entretien préalable au don aux infirmières diplômées d'Etat sous réserve de trois ans d'expérience en collecte ainsi qu'aux internes en médecine, avec évaluation de ce dispositif, résume une fiche de présentation du texte au HCPP rédigée par la direction générale de la santé (DGS). Les internes pourraient réaliser cet entretien à partir de la première année du troisième cycle des études médicales. Ils le feraient, comme les infirmiers, sous la responsabilité d'un médecin, selon le texte. Ce dernier serait appelé à intervenir si un risque de contre-indication au don dont l'appréciation relève d'un médecin survient au cours de l'entretien. Il en irait de même lorsque la cause de la contre-indication au don est incomprise du candidat au don, ou à chaque fois que celui-ci le demande. L'entretien resterait mené par le médecin lorsqu'il s'agit d'un premier don.

Cette proposition s'inscrit dans un mouvement généralisé de développement de la coopération entre professionnels prescripteurs et professionnels prescrits, pour des raisons de démographie médicale et de tensions financières, dans le but d'améliorer la qualité des soins, de décloisonner les pratiques et de donner des perspectives professionnelles aux auxiliaires médicaux, explique la DGS. Le dispositif proposé est limité dans le temps [...] dans la mesure où il ne nous paraît...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)