COOPERATION

Pour Patrick Chamboredon, "les protocoles de coopération ne sont pas la solution"

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

Lors de la dernière réunion du Haut conseil des professions paramédicales - instance consultative siègeant auprès du Ministère chargé de la santé et consultée sur l'ensemble des textes concernant les professions paramédicales, notamment les infirmiers - qui s'est tenue le 29 janvier 2018, le Président de l'Ordre national des infirmiers, Patrick Chamboredon, a prononcé une déclaration liminaire sur les protocoles de coopération issus de l'article 51 de la loi HPST redisant l'opposition de l'ONI à ces protocoles qui ne permettent pas de répondre aux besoins de santé de la population et offrent de prétendues solutions à la prise en charge des patients.

coopération soignants

L'Ordre national des infirmiers prend position sur la question des protocoles de coopération : "pourquoi s’évertuer à prolonger artificiellement la vie d’un dispositif qui a démontré son peu d’intérêt ?"

Patrick Chamboredon le souligne : il aurait été assez logique qu’au préalable la DGOS nous présente un bilan objectif de ce dispositif que le Ministère semble vouloir maintenir, contre vents et marées. A défaut de bilan, on se référera à celui très documenté qu’a publié la Haute Autorité de Santé il y a quelques temps. Je cite ce rapport : "Le dispositif reste lourd et chronophage, ce qui ne permet pas aux professionnels, de s’en approprier facilement".

Et de poursuivre : l’évolution des décrets de compétences pourrait permettre certaines de ces pratiques, sous conditions, et sous la responsabilité médicale, sans passer par un dispositif article 51. Concernant les transferts d’activité, à type de consultation, la loi de santé apporte une piste d’évolution en intégrant, à l’article 30, la notion d’exercice en pratique avancée.

En effet, toujours selon la HAS, c’est vers l’évolution du décret infirmier (on pense à la vaccination, sujet d’actualité mais pas seulement) et vers la pratique avancée issue de la loi du 21 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé qu’il faut aller et engager toutes nos forces et moyens si l’on veut améliorer la prise en charge des pathologies chroniques et du vieillissement. Le Président de l'ONI s'interroge donc pourquoi s’évertuer à prolonger artificiellement la vie d’un dispositif qui a démontré son peu d’intérêt ? Pour continuer de légaliser par des petits arrangements des situations de glissements de tâches et d’exercice illégal faute de moyens mis en œuvre ? Et de conclure, notre système de santé vaut mieux que cela, la stratégie nationale de santé doit avoir bien plus d’ambition que cela dans l’intérêt de la santé publique. Affaire à suivre.

Creative Commons License

Retour au sommaire du dossier Coopérations interprofessionnelles

Publicité

Commentaires (1)

Phil

Avatar de l'utilisateur

17 commentaires

#1

IMPOSTURE

L'Ordre Infirmier est basé sur un énorme mensonge qui prétend que les infirmières en veulent...
Alors qu'en réalité on ne veut pas payer pour travailler, un registre inutile, on veut que le DE soit reconnu directement pour travailler et surtout ne pas donner le pouvoir de nous encadrer à ces menteurs !