FORMATION

Une mission Igas pour le DPC

Cet article fait partie du dossier :

DPC

    Précédent Suivant

La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, va confier à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) une mission sur les conditions de déploiement du développement professionnel continu (DPC), a-t-on appris le 22 juillet 2013 auprès du ministère.

Marisol Touraine

La ministre de la santé va missionner l'Igas sur le DPC et son déploiement

Le DPC, qui fusionne les dispositifs de formation médicale continue (FMC) et d'évaluation des pratiques professionnelles (EPP), est officiellement en place depuis le 1er janvier 2013. Lors de sa visite d'une clinique à Trappes (Yvelines)le 22 juillet 2013, Marisol Touraine a participé à un comité exécutif extraordinaire de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) fermé à la presse.

Interrogée par un participant sur le DPC, la ministre a déclaré qu'elle allait missionner l'Igas sur ce thème, a rapporté son cabinet à l'APM. La lettre de mission n'est pas encore rédigée, a-t-il indiqué. Les inspecteurs devraient notamment être chargés de réfléchir à une simplification du dispositif et aux moyens de favoriser une meilleure adhésion des acteurs au système. Le cabinet a précisé que l'arrêté sur les critères d'évaluation des programmes de DPC serait publié dans les prochains jours.

Les inspecteurs devraient notamment être chargés de réfléchir à une simplification du dispositif et aux moyens de favoriser une meilleure adhésion des acteurs au système.

Joint le 23 juillet 2013 par l'APM, le président de la FHP, Jean-Loup Durousset, a confirmé que Marisol Touraine avait évoqué le lancement d'une mission Igas sur le DPC. C'est une bonne chose, a-t-il estimé, jugeant que cette mission permettrait aux acteurs concernés, dont les représentants des cliniques, d'être auditionnés. La ministre se serait elle-même dite prête à entendre des propositions de la FHP, a-t-il rapporté. La fédération demande notamment un délai supplémentaire d'un an pour l'installation complète du DPC dans les établissements de santé. Elle s'inquiète notamment de difficultés liées au financement du DPC des paramédicaux. Le montant de l'enveloppe correspond à celui alloué actuellement à toutes les formations continues (90 millions d'euros) et, si tout est attribué au DPC des paramédicaux, il ne resterait plus rien pour les autres personnels, selon Jean-Loup Durousset. Pour le personnel médical, il juge que les principales incertitudes portent sur la reconnaissance des établissements comme lieux d'accueil de formations de DPC.

Ces derniers mois, divers acteurs ont critiqué les conditions dans lesquels le DPC a été lancé, pointant notamment des retards. Le 22 juillet 2013, MG France et son association de formation MG Form ont affirmé que l'indemnisation des professionnels libéraux ayant suivi des formations de DPC depuis le 1er janvier ne pourrait probablement pas leur être versée avant septembre 2013, au minimum.

Retour au sommaire du dossier DPC

Publicité

Commentaires (1)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Patience...

Et nous aurons le rapport de l'IGAS à la saint glin-glin : patience...