MODES D'EXERCICE

Harcèlement sexuel à l'hôpital, le vrai du faux...

    Suivant

« C'est un problème à l'hôpital », affirme Martin Hirsh au micro de France Inter le 26 octobre dernier en évoquant le harcèlement sexuel. Suite à l'affaire Weinstein, on constate une véritable libération de la parole sur le sujet. Plusieurs déclarations de professionnels de santé dans les médias sont venues appuyer cette triste vérité sur le monde médical. En tout cas, pour le directeur de l'AP-HP, le message doit passer : esprit carabin ou traditions, ce n'est plus tolérable !  

Suite à la diffusion de nombreux témoignages et les déclarations du directeur général de l'AP-HP, le harcèlement sexuel à l'hôpital apparaît comme une réalité. Pourtant, certains disent 'en avoir jamais entendu parler.

Il est partout ! Ce simple mot : « harcèlement » est omniprésent, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans la rue, à la TV, dans les journaux. Il s'est répandu dans la sphère médiatique comme une traînée de poudre. Depuis un mois, on constate un déluge de déclarations de personnes connues ou anonymes. Le hashtag « #balance ton porc » a même été créé sur twitter à cet effet. Le point de départ de ce déferlement : l'affaire Weinstein, le très puissant producteur américain accusé de multiples agressions sexuelles. Si les révélations des victimes ont « ébranlé Hollywood », les langues se délient bien au-delà de l'univers du cinéma et le phénomène a pris de l'ampleur. Le milieu hospitalier n'échappe pas à cette vague de remise en cause. Là aussi, les témoignages affluent révélant que les établissements de santé, lieu d'accueil et de soins, ne sont pas épargnés. Même le Pr Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé a évoqué les propos subis lorsqu'elle était médecin.

L'hôpital, un lieu vulnérable où il faut remettre les pendules à l'heure

L'hôpital, un lieu vulnérable où les acteurs ont toujours eu du mal à voir la frontière entre la plaisanterie lourdingue et ce qui est du harcèlement, a reconnu Matin Hirsh sur France Inter, invité de Marc Fauvelle à 8h20 citant comme exemple un professionnel récemment suspendu pour avoir eu une attitude déplacée vis-à-vis d'une étudiante. Le directeur de l'AP-HP espère que le contexte actuel de libération de la parole permettra de "remettre les pendules à l'heure". Mais...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)