RECHERCHE

Quand infirmiers et aides-soignants font aussi bien que les experts !

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Le contact quotidien avec les patients permet aux infirmier(e)s et aides-soignant(e)s une appréciation subjective de leur état de santé. Sa validité vient d’être montrée chez des patients dont l’état de conscience est altéré, dans une démarche associant soignants et experts.

Quand infirmiers et aides-soignants font aussi bien que les experts !

L’outil d’évaluation demande à être soumis à d’autres travaux pour confirmer sa validité, mais les auteurs pensent que la démarche d’intelligence collective associant les « paramédicaux » peut être étendu à d’autres pathologies.

L’évaluation de l’état de conscience de patients atteints de lésions cérébrales graves est cruciale pour établir leur pronostic et, en conséquence, informer leurs proches. Dans un certain nombre de cas, elle hésite entre état végétatif et état de conscience minimal, ce dernier étant de meilleur pronostic.

Deux méthodes sont classiquement utilisées pour réaliser cette évaluation : l’expertise clinique, au moyen d’une échelle spécifique (Coma Recovery Scale – Revised - CRS-R), et les examens d’imagerie cérébrale spécialisés (électroencéphalogrammes, potentiels évoqués cognitifs, PET-scan et IRM fonctionnelle). La première nécessite d’être répétée et faite par des cliniciens très expérimentés, mais à la disponibilité limitée. Les seconds sont indispensables mais insuffisants. En conséquence, le taux d’erreurs lié à l’utilisation conjointe des deux méthodes peut être assez élevé.

Deux infirmières du Département de neurologie du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière (AP-HP) ont eu l’idée de compléter cette évaluation par celle des infirmier(e)s et des aides-soignant(e)s s’occupant quotidiennement des malades concernés, basée sur leur ressenti subjectif de l’état du malade. L’approche suivie a été celle dite d’intelligence collective (ou sagesse des foules – wisdom of the crowds dans la terminologie anglaise).Le plus souvent...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

WUCAN

Avatar de l'utilisateur

19 commentaires

#1

Excellent !

C'est quand même malheureux qu'il faille une étude longitudinale pour que des médecins accordent du crédit aux compétences des infirmières ! Quel espoir pour l'avenir ! C'est avec ce genre de prouesses que nous allons pouvoir, peut-être dans 50 ans, être reconnues à notre juste valeur ! Merci pour ce moment !