INFOS ET ACTUALITES

Journée mondiale de la santé - "Dépression : parlons-en"

par .

Cet article fait partie du dossier :

Prévention santé

La dépression est une pathologie qui touche les personnes de tous les âges et de tous les pays. À l'occasion de la Journée mondiale de la santé, ce vendredi 7 avril 2017, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) se mobilise pour mieux prévenir et traiter cette pathologie qui touche plus de 300 millions de personnes dans le monde.

Dépression

La dépression peut avoir des conséquences dramatiques et conduire au suicide.

« Dépression : parlons-en », tel est le thème choisi à l'occasion de la Journée mondiale de la santé initiée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui se tient ce vendredi 7 avril 2017. Rappelons que cette maladie concerne l'ensemble de la population et touche une personne sur cinq. Même si la dépression peut être soignée, le risque de rechute est non négligeable, et ce plusieurs années après la rémission.

Une campagne pour parler de la dépression

Au travers de sa campagne, l'OMS rappelle l'importance d'évoquer la dépression en tant que composante essentielle de la guérison des patients. Comme l'indique le Dr Shekhar Saxena, directeur à l'OMS du Département Santé mentale et abus de substances psychoactives, la stigmatisation continuelle associée à la maladie mentale a été la raison pour laquelle nous avons décidé d'appeler la campagne "Dépression : parlons-en". Pour celui ou celle ayant une dépression, le fait de parler à une personne de confiance est souvent le premier pas vers le traitement et la guérison. En effet, en raison de sa stigmatisation, les personnes touchées par la dépression sont réticentes à demander de l'aide. Pourtant, parler de ses troubles, de ses symptômes avec un proche, un ami ou un professionnel de santé permet de combattre les préjugés et d'amener davantage de personnes à rechercher un soutien. Bien qu’essentielle, une meilleure compréhension de la dépression et de son traitement n’est que le commencement, estime le Dr Shekhar Saxena. Elle doit être suivie d’un développement : une extension durable des services de santé mentale, accessibles à tous, doit suivre, même pour les populations les plus isolées dans le monde.

  • Dépression parlons-en
  • Dépression parlons-en 2

L'OMS a créé des affiches libres de droits sur le thème de la Journée mondiale de la Santé 2017: « Dépression: parlons-en ». Ces affiches réprésentent une conversation entre deux personnes sur la dépression: une mère et sa fille, une jeune maman et un travailleur de la santé, un étudiant et un enseignant; deux hommes au travail et une femme âgée avec une femme plus jeune. Elles sont disponibles en haute résolution afin de pouvoir être imprimées.

Neuf symptômes caractéristiques

Un patient est dépressif lorsqu'il présente au moins cinq des neufs symptômes caractéristiques de la dépression presque tous les jours depuis au moins deux semaines, dont l'un des deux premiers suivants :

  • une tristesse quasi-permanente, avec parfois des pleurs ;
  • une perte d'intérêt et du plaisir à l'égard des activités quotidiennes, même celles habituellement plaisantes ;
  • un sentiment de dévalorisation et de culpabilité excessif ou inapproprié ;
  • des idées de mort ou de suicide récurrentes, le sentiment que la vie ne vaut pas d'être vécue ;
  • un ralentissement psychomoteur ;
  • une fatigue, souvent dès le matin ;
  • une perte d'appétit ;
  • des troubles du sommeil ;
  • des difficultés attentionnelles.

La dépression est considérée comme légère à modérée chez les patients présentant entre 5 et 7 symptômes. Au-delà de 8 symptômes, elle est dite sévère.

Parler de la dépression avec des personnes de confiance est la première étape vers la guérison.

La dépression en chiffres

  • La dépression touche plus de 300 millions de personnes dans le monde, soit une augmentation de plus de 18% de 2005 à 2015 .
  • Dans le pire des cas, la dépression peut conduire au suicide. Chaque année, près de 800 000 personnes meurent en se suicidant. Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans.
  • En 2010 en France,  7,5 % des 15-85 ans avaient vécu un épisode dépressif caractérisé au cours des douze derniers mois.
  • On estime que près d'une personne sur cinq a souffert ou souffrira d'une dépression au cours de sa vie.
  • Une dépression dure en moyenne quatre à six mois.
  • Les femmes sont plus atteintes que les hommes.
  • La dépression est la première cause d’incapacité dans le monde et contribue fortement à la charge mondiale de la maladie.

Lire la contribution de l'OMS : La dépression, Aide-mémoire n°369, Février 2017

Des conséquences parfois tragiques et de nombreuses rechutes

Si elle perdure, la dépression peut devenir une maladie grave. Elle peut engendrer une grande souffrance, altérer la vie professionnelle, scolaire et familiale de la personne touchée. En effet, pour l'entourage du malade, la dépression peut être mal comprise. Dans une étude, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) révélait qu'un homme dépressif a moins de chance de conserver son emploi à moyen terme (82 % contre 93 % à quatre ans). La dépression a également un effet non négligeable sur la santé puisqu'elle est associée à une mortalité cardiovasculaire accrue. Elle peut aussi être le point de départ de la consommation de substances psychoactives. Dans le pire des cas, la dépression peut conduire au suicide. L'Académie de médecine démontre dans un rapport que le risque de suicide est multiplié par 21 en cas d'épisode dépressif. En tout, entre 5 à 20 % des personnes malades se suicident.

À la suite d'un épisode dépressif, les rechutes ne sont pas rares. En effet, dans les cinq années suivant une dépression, une récidive est constatée dans 50 à 80 % des cas. Plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque de chronicisation de la maladie, notamment le fait de vivre seul.

Le manque de soutien aux personnes ayant des troubles mentaux, associé à la peur de la stigmatisation, empêchent beaucoup d’entre elles d’accéder aux traitements dont elles ont besoin pour mener des vies productives et en bonne santé. »

Tous concernés

Selon Santé Publique France (anciennement Institut national de prévention et d'éducation pour la santé), en 2010, 7,5 % des 15-85 ans avaient vécu un épisode dépressif caractérisé au cours des douze derniers mois. Toutefois, les chiffres varient selon l'âge. Ainsi, 6,4 % des 15-19 ans sont concernés, 10,1 % des 20-34 ans, 9 % des 35-54 ans et 4,4 % des 55-85 ans. Soulignons également que la prévalence est deux fois plus importante chez les femmes, qui peuvent notamment subir une dépression post-partum, que chez les hommes. De leur côté, enfants et adolescents ne sont pas épargnés. La prévalence des troubles dépressifs est estimée à 2,1 % à 3,4 % chez l'enfant et 14 % chez l'adolescent. Le diagnostic est plus difficile à établir chez ces patients.

La dépression peut être due à la survenue de certains événements de la vie (décès, perte d'emploi, séparation…) ou à des traumatismes précoces, affectifs ou sexuels, durant l'enfance. Toutefois, toutes les personnes exposées à ces situations ne développent pas forcément la maladie. D'autres font une dépression sans motif apparent. Les chercheurs s'accordent donc à dire que la génétique aurait une influence sur cette pathologie.

Dans 67 % des cas, les traitements (antidépresseurs et/ou psychothérapie) sont efficaces, note l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Il s'agit de réduire les symptômes et leurs répercussions dans la vie quotidienne, et de prévenir les récidives ultérieures. La dépression n'est donc pas une fatalité.

À voir - « Dépression : de nouveaux espoirs »

Le samedi 8 avril 2017, à 22h20, Arte diffuse le documentaire « Dépression : de nouveaux espoirs ». Ce dernier s'intéresse aux traitements autres qu'anti-infectieux. En effet, selon un grand nombre de scientifiques, le système immunitaire serait la clé pour mieux comprendre et combattre cette maladie psychique.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Prévention santé