MODES D'EXERCICE

Allemagne : des emplois au rabais pour les infirmiers

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Avec une population vieillissante, l’Allemagne manque cruellement de main d’œuvre, en particulier pour travailler dans le secteur de la santé. Hôpitaux, cliniques, maisons de retraites et structures de soins à domicile recrutent massivement. Heureuse coïncidence : les agences de recrutement disposent d’un vivier d’infirmiers venus de l’est et du sud de l’Europe. Des personnels soignants souvent très qualifiés qui cherchent à échapper à l’austérité ou à la pauvreté. Mais entre des salaires bas, des contrats de travail aux clauses abusives et l’absence de droits sociaux, l’Allemagne n’est pas un eldorado. Loin de là.

couloir d'hopital infirmiers

En Allemagne, les infirmiers venus d'Europe de l'est et du sud pour une vie meilleure font souvent face à des conditions de travail difficiles.

Nous ne pouvons pas vous offrir un pays de cocagne en Allemagne, parce que cela n’existe pas !. Cette phrase, aux allures de slogan hostile aux migrants, figure sur un avenant au contrat de travail. Un contrat que s’apprêtent de signer des infirmiers bulgares recrutés par une agence d’intérim allemande. Les futurs soignants sont prévenus : En Allemagne, tout est tourné vers une société de la performance. Cela signifie que l’on doit fournir chaque jour 100 % de ses capacités, est-il inscrit en gras. Les autres clauses du contrat de travail ne sont guère plus avenantes. L’employé devra payer des sanctions financières de 3000 à 5000 euros s’il divulgue à un tiers ses conditions d’emploi et de formation, ou s’il rompt le contrat avant la première année de l’embauche. Cette « amende » sera immédiatement exigible et encaissée par une firme de recouvrement bulgare.

Ces clauses sont nulles, elles n’ont pas de valeur légale, souligne pourtant Vladimir Bogoeski, conseiller auprès de la confédération syndicale allemande DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund). Dans le cadre du projet européen d’aide aux travailleurs détachés, Fair Mobility, le syndicaliste accompagne quelques-uns de ces infirmiers embauchés par la firme d’intérim. Les travailleurs m’ont dit qu’ils avaient dû signer les 15 pages de contrats sur place, sans avoir le temps de demander conseil.

Recrutement dans toute l’Europe de l’estLe système de santé allemand recrute depuis des années des personnels soignants venus d’Europe de l’est. Le phénomène prend une nouvelle ampleur avec le manque toujours plus criant de main d’œuvre dans le secteur. Selon les chiffres de l’agence pour l’emploi allemande, un poste d’infirmier reste vacant en moyenne 15 semaines, plus de trois mois et demi, avant de trouver preneur. Ce temps de vacance s’élève à plus de quatre mois pour un...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)