IADE

L'hypnose conversationnelle, ça vous parle ?

Nouvel article, passionnant et bienveillant de notre nouvel ami Le Gazier. Il traite de l'hypnose conversationnelle au bloc, ou comment rendre son patient heureux et confortable sans hypno/kéta… Merci de ce partage !

affiche intervention hypnose

« Ces « techniques » de conversation hypnotique peuvent être utilisées seules sans avoir besoin d’induire un transe formelle.

Quand je parle d’hypnose médicale autour de moi, je reçois deux types de réponses :

  • la réponse des curieux sarcastiques : ils sont intrigués par cette « nouvelle » façon de faire de l’anesthésie, ils sont peut être attirés par le côté mystique/magique/obscur/… de l’hypnose. En général j’ai droit à des remarques du style : alors le magicien, ça marche ton truc d’hypnose là ? ou tu veux pas essayer sur moi, dis steuplé… ou encore vous faites des séances de groupe ?? La lévitation vous en faites ? Vous volez vraiment? ;
  • la réponse des réfractaires : ils sont totalement fermés à ce type de pratique, soit par incompréhension, par croyance ou tout simplement par peur. J’ai droit à des remarques du genre « c’est pas avec ton hypnose que tu vas réussir à lui mettre la Carlens » ou « c’est de l’effet placebo, c’est juste de la relaxation » ou encore « ca sert à quoi de lui faire imaginer qu’il est sur la plage alors qu’il va finir en réanimation? ».

Toutes ces réflexions ont le don de m’énerver. Alors vu que les images et les émotions valent mieux que des mots, voici une vidéo tournée dans le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble, qu’on nous a gentiment autorisé à diffuser à nos collègues pour faire passer le message. Je vous invite donc à la regarder jusqu’à la fin. Elle est intitulée :  L’absence de communication au bloc.Alors? Que celui qui n’a pas ressenti le moindre malaise se désigne, il...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

ihad

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

questionnement

Je suis étudiante et je peux déjà me reconnaitre dans certains passages. Le "je vais vous piquer" je l'ai déjà utilisé... Je comprend totalement le caractère anxiogène de telle phrase mais comment faire pour prévenir le patient, lui donner l'information quand cette dernière implique l'utilisation de mots anxiogènes ? Il n'y a pas un équilibre à avoir entre l'élimination de toute phrase anxiogène (communication positive) et le souci de prévenir, informer ? Si l'environnement est favorable, le lien de confiance soigné-soignant ne peut-il pas diminuer le caractère anxiogène du "je vais vous piquer" ?
Merci pour cette article très intéressant. Travailler la communication positive fera parti de mes prochains objectifs de stage!

binoute1

Avatar de l'utilisateur

597 commentaires

#1

?

rendre un patient confortable ?
parce que qq'un au bloc doit ensuite s'asseoir dessus sans doute ?