IDEL

« Les libéraux vont-ils travailler jusqu'à 75 ans ? » : la mise en garde de l'Unapl sur la réforme des retraites

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Une réunion des membres de l'Unapl a eu lieu mercredi 3 septembre pour un conseil nationale extraordinaire. Certains représentants de syndicats d'infirmiers libéraux étaient présents. Raison de cette entrevue : la réforme des retraites qui fait beaucoup de remous au sein des professionnels de santé libéraux. Nos confrères du Généraliste ont publié un article sur le sujet le 4 septembre dernier. Nous les remercions pour ce partage.

Le premier point évoqué par le président de l’Unapl est le maintien de la spécificité de la retraite des professions libérales.

À la veille de la nouvelle concertation sur la réforme des retraites, l’Unapl (Union nationale des professions libérales) réunissait mercredi un conseil national extraordinaire. À l’issue de celui-ci, l'organisation, qui fédère 67 organisations syndicales de professions libérales, a adopté une motion fixant les exigences des libéraux pour adhérer à cette réforme. En l’état, elle ne peut être acceptée, a prévenu le président de l'Unapl, Michel Picon (au centre sur la photo), agent général d'assurances. Celui-ci a également souligné que les libéraux n’étaient pas demandeurs de cette réforme et que les onze caisses indépendantes avaient été gérées avec beaucoup de sérieux et de responsabilité.

La menace d’une mobilisation nationale brandie

Contrairement au collectif SOS Retraites — dont font partie Convergence infirmière, l' UNIDEL, l'l’UFML-S et la FMF  — qui invite avocats, médecins, chirurgiens, infirmiers, kiné, orthophonistes, pilotes, ou encore personnel navigant à manifester à Paris le 16 septembre contre la réforme, l’Unapl laisse donc une chance à cette nouvelle phase de négociation. Une telle manifestation, cela se prépare, cela ne s’improvise pas, souligne par ailleurs le Dr Philippe Vermesch, président du SML, présent lors de ce conseil national extraordinaire.

Toutefois, l’Unapl, qui rencontrera vendredi le Haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye, nouvellement entré au gouvernement, a brandi la menace d’une mobilisation nationale d’ampleur en cas de statu quo sur les points qu’elle soulève. Si ces points ne sont pas revus, il y aura une mobilisation nationale, avec manifestation et fermeture des cabinets, a averti Michel Picon.

Il y a obligatoirement besoin d’adapter ce projet de réforme en fonction des professions.

Des adaptations aux spécificités des professions

Le premier point évoqué par le président de l’Unapl est le maintien de la spécificité de la retraite des professions libérales. Imaginer qu’un régime de retraite puisse donner la même taille et la même pointure à tout le monde est une vue de l’esprit, a-t-il lancé. Il y a obligatoirement besoin d’adapter ce projet de réforme en fonction des professions. Les médecins ont des carrières plus courtes car ils rentrent dans la vie professionnelle autour des trente ans, a notamment souligné Michel Picon.

Il s’est également montré inquiet quant aux déclarations d’Emmanuel Macron, qui a récemment évoqué la possibilité d’une durée de cotisation pour toucher une retraite à plein taux. Que veut-on faire ? Faire travailler un médecin jusqu’à 75 ans ?

Qui peut imaginer que les professions de santé garderont de leur attractivité lorsque les professionnels dans leur intégralité n’exerceront plus en libéral ? Qui sera au chevet des patients dans les territoires ?

Pas touche aux réserves des caisses

Sur les 27 milliards d’euros de réserves des caisses de retraites des professions libérales (dont 7 pour la Carmf), le président de l’Unapl observe qu’en matière de retraites il y a des cigales et des fourmis depuis des annéesVous comprenez bien que nous n‘avons pas l’envie que ces sommes accumulées au détriment de ceux qui cotisaient et de ceux qui percevaient les pensions partent dans un flot d’une gouvernance étatique dont on n’aura pas le suivi. Et Michel Picon de marteler que son organisation s’opposera farouchement à toute atteinte à ces réserves.

Pour ne pas voir les professions libérales s’opposer à sa réforme, le gouvernement devra également faire preuve d’une transparence totale sur les chiffres, a indiqué Michel Picon. Nous avons demandé des simulations depuis plusieurs mois. Elles n’arrivent pas.

La quatrième condition fixée par l’Unapl concerne la gouvernance du régime. L’union exige que les professions libérales puissent y prendre part. Comment imaginer que des millions d’indépendants ayant constitué seuls leur retraite soient écartés de celle-ci ? Le régime doit être géré de manière paritaire avec des représentants des salariés, des employeurs et des indépendants, a affirmé le président de l’Unapl.

Enfin, Michel Picon a expliqué que l’Unapl ne défendait pas seulement les professions libérales. C’est aussi pour les Français que nous nous battons, pour nos patients, pour nos clients. Ce combat n’est pas qu’un combat corporatiste. Et d’ajouter : Qui peut imaginer que les professions de santé garderont de leur attractivité lorsque les professionnels dans leur intégralité n’exerceront plus en libéral ? Qui sera au chevet des patients dans les territoires ?

Journaliste Le Généraliste

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)