INFOS ET ACTUALITES

Ehpad : le mot qui fait tâche...

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Depuis plusieurs années, l'insuffisance des effectifs et des moyens en Ehpad s'exprimait à plus ou moins bas bruit, responsable de deshumanisation et de "maltraitance ordinaire" des résidents. Aujourd'hui, la colère explose, les langues se délient et la France connait une mobilisation de très grande envergure où soignants, soignés, administrateurs, familles s'expriment d'une seule voix pour exiger une prise en charge des aînés digne de ce nom.

ehpad, grève, janvier 2018

Manque de temps, surcharge de travail, burn-out, mauvais accueil du résident... soignants, soignés, familles... quand le secteur des Ehpad craque pour de bon.

Mise à jour du 8 février 2018- Suite à plusieurs mobilisations de personnels d’établissements, dénonçant des conditions de travail et de rémunération préjudiciables la commission des affaires sociales et son rapporteur médico-social, M. Bernard Bonne (Les Républicains – Loire) ouvrent un cycle d’auditions sur la prise en charge en Ehpad. Le Gouvernement réserve pour l’heure ses réponses au rendu des conclusions d’un groupe de travail ministériel sur la qualité de vie au travail dans les maisons de retraite.

EHPAD... en cette journée nationale de grève et de mobilisation, le mot a envahi l'espace public et les médias. Tous en grève pour l'augmentation des effectifs gage de l'amélioration de la prise en charge des résidents, tel était le mot d'ordre des sept organisations syndicales appelant les salariés des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes ainsi que ceux des soins à domicile à se mettre en grève et à manifester. Le mouvement a vite fait tâche d'huile, soutenu par l'association des directeurs de services à domicile et d'établissements pour personnes âgées. De leur côté, neuf associations et unions confédérales de retraités apportent également leur soutien à cette initiative d'ampleur nationale tout comme l'association France Alzheimer.

Aujourd'hui, je n'y placerai pas mes parents"... - une directrice d'EHPAD La parole des soignants s'est libérée, inondant les médias ainsi que les réseaux sociaux. La violence des mots heurte les valeurs humaines et soignantes et il faut les faire entendre -enfin- aux pouvoirs publics. Comme le dénonce une fois encore Nathalie Depoire, présidente de la Coordination infirmière (CNI), souffrances physiques et psychologiques, le malaise des soignants dans les EHPAD met en lumière, par la même occasion, celui des résidents....

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

566 commentaires

#4

paroles de directeurs

alors ce paragraphe là, c'est quand même du foutage de gueule : ceux là même qui dans une majorité, te font travailler dans ces conditions; ceux-là même qui n'attendent d'efforts que du gouvernement...;

chg

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#3

chiffre d'affaire

Depuis plusieurs annees les maisons de retraites ont disparues par la mise en place des groupes d'actionnaires. Orpea, Korian et bien d'autres. Certains sont cotés en bourse et voient leur chiffres d'affaire prévisonnel atteint ou en progression. L'argent devrait etre reversé aux etablissements sous le regime 'sans benefice" . Voici quelques exemples :
https://www.capital.fr/entreprises-marches/orpea-depasse-son-objectif-de-chiffre-d-affaires-annuel-1205586
https://www.abcbourse.com/analyses/chiffres.aspx?s=KORIp
http://www.zonebourse.com/LE-NOBLE-AGE-17246/actualite/LE-NOBLE-AGE-chiffre-d-affaires-Exploitation-en-hausse-de-4-7-au-deuxieme-trimestre-24779025/
Il me semble que le combat est ailleurs ....

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#2

C'était avant.

Avant on disait "hospice" : on y revient ?

augusta

Avatar de l'utilisateur

68 commentaires

#1

Ouf...

Des questionnaires de satisfaction vont être mis en place, comme dans les établissements hospitaliers, et les résultats rendus publiques.
Ouf...nous voilà rassurés...