ESI

550 euros par mois pour les étudiants infirmiers (2e et 3e année) mobilisés face à la COVID19

par .

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Le gouvernement souhaite soutenir tout particulièrement les étudiants en soins infirmiers fortement impliqués durant leurs stages auprès des soignants et des patients. "L'engagement des étudiants en santé n'est pas optionnel, il est indispensable et les rémunérer justement me semble la moindre des choses", a déclaré Olivier Véran. De fait, ils bénéficieront d'une majoration exceptionnelle des indemnités de stage durant la période de l’état d’urgence sanitaire permettant de parvenir à un montant de 136.5 euros/semaine de mobilisation, soit 550 euros par mois si mobilisation est d'une durée d'un mois.

euros

"La mobilisation, qui se veut provisoire, des étudiants en soins infirmiers qui ne comptent pas leurs heures ni leur dévouement en cette période de crise sanitaire est exceptionnelle. Je tiens à les en remercier sincèrement" a déclaré Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Après l'Assemblée nationale, le Sénat se penche cette semaine sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), présenté fin septembre par le gouvernement. Suite à ces discussions toujours en cours, l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) va bénéficier d'une nouvelle hausse de 800 millions d'euros (M€). Ce relèvement vise à tirer les conséquences des dernières informations disponibles quant aux surcoûts liés à l’épidémie de Covid-19 (dépenses liées à l’augmentation du nombre de tests PCR, au déploiement des tests antigéniques, augmentation des moyens des établissements et services pour personnes âgées de façon à compenser les surcoûts et pertes de recettes liés à la reprise épidémique). Cette mesure, portée par amendement du Gouvernement à l'article 8 du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021, fait l'objet de plusieurs précisions par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, lors de la discussion générale en séance publique du Sénat le 9 novembre.

La mobilisation, qui se veut provisoire, des étudiants en soins infirmiers qui ne comptent pas leurs heures ni leur dévouement en cette période de crise sanitaire est exceptionnelle. Je tiens à les en remercier sincèrement. Ils sont la preuve d’une solidarité à toute épreuve, et cette indemnité exceptionnelle est une façon de leur montrer que le gouvernement est à leur écoute et à leurs côtés en ce contexte si particulier. Frédérique Vidal

L'une d'elles concerne les étudiants paramédicaux (étudiants en soins infirmiers de 2e et 3e année) mobilisés en renfort face à la Covid19. Ce complément se traduit par la majoration exceptionnelle des indemnités de stage durant la période de l’état d’urgence sanitaire permettant de parvenir à un montant de 136.5 euros/semaine de mobilisation. En effet, l'augmentation de l'Ondam s'assortit, pour la population d'étudiants en soins infirmiers, d'une révision des indemnités prévues pour les stages effectués en deuxième (98,50 € pour 35 heures hebdomadaires) et troisième (86,50 €) années. Ce mardi 10 novembre, un arrêté est paru en ce sens au Journal Officiel.
Les étudiants concernés percevront cette indemnité exceptionnelle avant la fin de l’année. Ils vont donc bénéficier d'une “indemnisation exceptionnelle à hauteur de 550 euros par mois” si leur mobilisation est d'une durée d'un mois. Par cette mesure mise en place dès maintenant par les agences régionales de santé, le gouvernement souhaite soutenir tout particulièrement les étudiants en soins infirmiers fortement impliqués durant leurs stages auprès des soignants et des patients.  L'engagement des étudiants en santé n'est pas optionnel, il est indispensable et les rémunérer justement me semble la moindre des choses, a déclaré Olivier Véran. Cela représente, au total, une enveloppe de 20 millions d’euros selon le PUPH en médecine interne et conseiller en formation et recherche du ministre, Philippe Morlat. Une dernière précision, cette revalorisation cessera d'être active à la fin de l'état d'urgence le 16 février 2021.

Le rôle que jouent les étudiants en soins infirmiers dans la prise en charge des patients par nos établissements de santé est précieux, qu’il s’agisse de patients Covid-19 ou souffrant d’autres pathologies. Leur engagement dans cette période difficile devait être reconnu et valorisé. C’est le choix que nous faisons. Olivier Véran

La mobilisation, qui se veut provisoire, des étudiants en soins infirmiers qui ne comptent pas leurs heures ni leur dévouement en cette période de crise sanitaire est exceptionnelle. Je tiens à les en remercier sincèrement. Ils sont la preuve d’une solidarité à toute épreuve, et cette indemnité exceptionnelle est une façon de leur montrer que le gouvernement est à leur écoute et à leurs côtés en ce contexte si particulier, a déclaré Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Olivier Véran a rappelé de son côté qu’un vadémécum spécifique sur la mobilisation des professionnels de santé et des étudiants en santé a été diffusé aux agences régionales de santé ainsi qu’aux établissements de santé et médico-sociaux. Les agences régionales de santé sont chargées de structurer la mobilisation sur leurs territoires en lien étroit avec les établissements bénéficiaires, les responsables académiques des formations et les représentants des étudiants en santé en veillant à maintenir autant que possible les périodes de formation des étudiants en santé. Les réprésentants des formateurs en instituts de formation avaient souligné il y a peu "que les étudiants paramédicaux ne devaient pas être une variable d'ajustement."

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)