EN BREF

Covid-19 : les laboratoires travaillent à l'adaptation de leurs vaccins à Omicron

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Parmi les nombreuses inconnues qui entourent Omicron, le nouveau variant de Covid-19 détecté en fin de semaine précédente et jugé préoccupant par l'OMS, sa possible résistance aux vaccins existants inquiète et pose la question de leur éventuelle adaptation pour répondre à ses mutations.

Une dose de rappel spécifique chez Moderna

Dans la foulée, Moderna a donc annoncé dès le 26 novembre sa volonté d’adapter son vaccin à ce nouveau variant en s’appuyant sur des vaccins candidats prévus pour répondre aux mutations présentes chez les variants Delta et Bêta et que l’on retrouve chez Omicron. Il entend également développer une dose de rappel spécifique. Il est impératif que nous demeurions proactifs afin de répondre aux évolutions du virus, a relevé Stéphane Bancel, le PDG de Moderna. Les mutations présentes chez le variant Omicron sont inquiétantes et, depuis quelques jours, nous nous mobilisons afin d’adapter notre stratégie pour répondre à ce nouveau variant.

Pfizer et J&J également en ordre de marche

Depuis, les laboratoires Pfizer et Johnson & Johnson ont déclaré s’inscrire dans une même démarche d’adaptation de leurs vaccins respectifs. Il y a encore beaucoup d'inconnues concernant Omicron, a souligné Albert Bourla, le patron de Pfizer lors d’une interview sur la chaîne américaine CNBC. Il s’agit dans un premier temps de tester l’efficacité du vaccin actuel sur ce nouveau variant, mais s’il s’avérait nécessaire de créer un nouveau vaccin, nous avons commencé à travailler dessus vendredi, nous avons fait notre premier modèle d'ADN, qui est la première étape du développement d'un nouveau vaccin le dirigeant a-t-il assuré, précisant que ce dernier pourrait être prêt dans 95 jours. Pfizer aurait également la capacité de produire 4 milliards de doses en 2022. Johnson & Johnson a, de son côté, déclaré dans un communiqué être en train d’évaluer l’efficacité de son vaccin, affirmant demeurer confiant dans la réponse immunitaire qu’il induit face aux divers variants du virus. En parallèle, le groupe travaille sur un vaccin plus spécifique à Omicron, qu’il développera selon les besoins, a-t-il néanmoins spécifié.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)