EN BREF

"L'attractivité se travaille", le CIB réagit aux annonces sur la revalorisation des carrières

À la suite des annonces du Comité de suivi du Ségur de la Santé sur la revalorisation des carrières, le Collectif Inter-Blocs (CIB), association représentante des IBODE, a réagi dans un communiqué à ce qu’il estime constituer un affront de trop pour une spécialité indispensable dans les blocs opératoires. En cause, une revalorisation jugée insuffisante. Celle-ci s’élève ainsi en début de carrière à 16 euros nets par mois au titre de la revalorisation des grilles indiciaires de catégorie A, qui s’ajoutent aux 183 euros nets mensuels accordés à l’ensemble des personnels du système de santé. Le CIB s’étonne également de la faible différence de revenu qui sépare le salaire post-Ségur d’un infirmier en soins généraux après un an de carrière (2 026 euros nets par mois) de celui d’un infirmier spécialisé (2 039 euros nets par mois). Pointant ce qu’il considère être un mépris du gouvernement envers les infirmiers spécialisés, le CIB rappelle que, en cette période d’épidémie et de saturation hospitalière, les IBODE demeurent extrêmement sollicités : ce sont entre autres les IBODE qui sont partis augmenter le capacitaire dans les réanimations et les services en tension et ce sont également eux qui doivent rattraper toute la déprogrammation organisée par le gouvernement pour absorber l’activité due au Covid-19. Et d’appeler l’ensemble des associations représentatives à faire convergence pour défendre la profession. L’attractivité ne s’invente pas, elle se travaille, revendique le communiqué.

Publicité

Commentaires (0)