EN BREF

Macron impose le rappel vaccinal anti-Covid aux plus de 65 ans

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Pour sa neuvième allocution depuis le début de la crise sanitaire, Emmanuel Macron s'est longuement attardé sur l'obligation de rappel vaccinal contre le SARS-CoV2, bientôt obligatoire pour les seniors de plus de 65 ans. Nous n'en avons pas terminé avec l'épidémie. Face à la hausse des indicateurs et à l'arrivée d'une cinquième vague, a-t-il martelé sur la foi des propos tenus par l'OMS, j'en appelle à la responsabilité et la solidarité de chacun. S'ils souhaitent conserver leur pass sanitaire, les plus de 65 ans devront donc à nouveau tendre le bras pour recevoir une dose de rappel à compter du 15 décembre. Faute de quoi leur laisser-passer sera désactivé 6 mois et 5 semaines après leur deuxième injection, a précisé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ce mercredi. Les 50-64 ans, quant à eux, seront incités à faire de même dès le début du mois de décembre, puisqu'une campagne leur sera également ouverte, la co-vaccination contre la grippe étant recommandée par la Haute Autorité de Santé. Le message présidentiel intervient au moment où la reprise épidémique se confirme, puisque le taux d'incidence a augmenté de 40 % en une semaine et que plus de 80 % des malades du Covid accueillis en réanimation ont plus de 50 ans, et ce alors que 3,4 millions de personnes sur les 7,7 millions éligibles (plus de 65 ans, soignants sans toutefois d'obligation, individus présentant des comorbidités...) ont été revaccinées. Dans un contexte de fatigue légitime des soignants qu'il a reconnu, le Chef de l'Etat a rappelé l'importance des gestes-barrière (le port du masque redeviendra obligatoire à l'école partout en France dès le 15 novembre) et laissé entrevoir l'arrivée de traitements contre les formes graves avant la fin de l'année.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)