EN BREF

Négociations conventionnelles : le Sniil claque la porte !

Alors que le gouvernement ne cesse de parler de « transformation du système de santé », de « virage ambulatoire », « amélioration de l’offre de soin », ou « transferts de l’hôpital vers la ville », force est donc de constater qu’aujourd’hui les soins de ville ne sont toujours pas prioritaires… Voici les amères conclusions du syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil). Par communiqué de presse, il fait savoir que moins de 2 heures après le début de la nouvelle séance de négociations conventionnelles entre Assurance Maladie et syndicats infirmiers libéraux représentatifs, il a claqué la porte, jugeant les propositions de l’Assurance Maladie totalement inacceptables : reprise à minima des propositions faites par les syndicats, montant insuffisant annoncé pour l’enveloppe globale et surtout, délai de mise en oeuvre proposé, avec un échelonnement sur… 3 ans ! Preuve en est apportée par les propositions de l’Assurance Maladie qui repousse à mars 2020 les actes infirmiers innovants en cours de négociation. Le Sniil regrette également les conséquences de l’échec de ces négociations pour les usagers. En effet, en retardant à 2020 la possibilité d’avoir, par exemple, recours à un parcours de soin sécurisé post-chirurgie ambulatoire, c’est toute une partie des patients que l’on condamne à rester à l’hôpital. Estimant que les infirmières et infirmiers libéraux valent bien mieux que ces propositions au rabais, le Sniil se réserve le droit de participer, ou non, à la prochaine réunion prévue avec l’Assurance Maladie.

Publicité

Commentaires (0)