EN BREF

"Pas de vacances pour les soignants de l’AP-HP" Martin Hirsch sème la colère

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

    Précédent Suivant

Hier matin, sur France Info Radio, Martin Hirsch, Directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris disait "souhaiter" que certains soignants puissent renoncer à leurs vacances. Une prise de parole qui, en pleine deuxième vague de la crise sanitaire, a fait très vite réagir le collectif santé en danger, et son fondateur le Dr Arnaud Chiche, médecin anesthésiste-réanimateur qui s'exclame : c'est un cauchemar ! Et de soutenir que ce n’est pas aux soignants de payer les erreurs de notre gouvernement, rappelant que pour le collectif, médecins, soignants, professionnels de santé et scientifiques savaient pertinemment que le virus allait s’installer pour longtemps avec une trêve estivale. Ils n’ont cessé de le répéter. Nous nous demandons quelles ont été les actions de l’État en deux mois, pour ouvrir des lits, former, recruter et investir dans du matériel. Le collectif revendique d'ailleurs depuis deux mois un Ségur 2, plus que déçus des mesures annoncées en juillet dernier. Des centaines de témoignages recueillis par le collectif sur Facebook démontre l’épuisement et la colère des soignants.

Arnaud Chiche poursuit : notre système de santé dysfonctionne totalement. Les patients et la sécurité des soins sont en danger. L’ensemble des moyens sont insuffisants... Le prochain programme présidentiel, plan Santé devra tenir compte des réalités du terrain et se mettre à l’écoute des professionnels de santé. C’est pour cette raison, que le collectif santé en danger demande le versement immédiat d’une prime de 1 500 euros pour les soignants qui devront renoncer à leurs vacances de la Toussaint, ainsi qu’une augmentation de salaire immédiate à la hauteur de 300 euros, afin d’aligner les revenus sur ceux des personnels soignants en Europe. Le collectif attend donc de l’État un geste fort en faveur des soignants qui devront renoncer à leurs vacances.   

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

Publicité

Commentaires (0)