EN BREF

Ratios patients-infirmière au Québec : réforme majeure annoncée

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Après des mois de pressions de la part des infirmières, qui se disaient épuisées, croulant sous la tâche, et des mois de négociations avec la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), la charge de travail des infirmières sera en principe considérablement allégée dans les prochaines années, à la suite d’une réforme majeure des ratios patients-infirmière annoncée le 29 mars dernier par le ministre de la Santé Gaétan Barrette ; une initiative qui nécessitera l’injection de plusieurs centaines de millions de dollars additionnels dans le réseau de la santé, de même que l’embauche probable de centaines, voire de milliers d’infirmières et autres professionnels de la santé.Québec créera dans les prochains mois 17 projets-pilotes dans chacune des régions du Québec, dans le but d’identifier pour chaque situation donnée le ratio optimal patients-infirmière, qui pourra varier selon le type de service. Par exemple, dans un Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD), le nombre de patients à la charge d’une seule infirmière la nuit varie actuellement de 75 à 96. En vertu du nouveau ratio, il sera réduit de plus de la moitié, avec une possibilité de 37 à 44 patients au maximum par infirmière. Le jour, le ratio patients-infirmière en CHSLD passerait d’un minimum de 25 à un maximum de 32 patients par infirmière à un ratio de 20 à 27 patients. Pour déterminer le ratio optimal à chaque situation et aussi le plus sécuritaire pour les  patients, Québec aura recours à un outil scientifiquement reconnu dans le monde des soins, qui s’appelle le SSNCT (le Signifiant Safe Nursing Care Tool), a précisé le ministre, un outil d’évaluation objective de l’organisation du travail.

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, a déclaré : c'est un grand jour pour les infirmières, rappelant qu’idéalement la FIQ souhaiterait que la nouvelle configuration des ratios soit inscrite dans une loi... Quant à l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), il salue cette volonté ministérielle de mettre en place des équipes de soins qui répondent aux besoins de la population. En effet, depuis 2015, l'OIIQ invoque l'impératif d'assurer un accès à des soins et des services sécuritaires et de qualité pour tous.

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (0)