EN BREF

Le Sénat se prononce en faveur du maintien de l'Ordre national des infirmiers

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Le mercredi 24 juin au Palais du Luxembourg se sont réunis près de 120 participants à l’invitation de l’Ordre national des infirmiers (ONI) pour débattre autour de la pratique avancée infirmière. Déjà développée dans de nombreux pays, la Commission des affaires sociales du Sénat examine actuellement un projet de loi pour moderniser le système de santé et faire évoluer la pratique avancée infirmière en France.

Par ailleurs, à l’occasion des débats, Alain Milon, sénateur du Vaucluse et président de la Commission des affaires sociales du Sénat, présent dans la salle, a exprimé son soutien à la pleine et entière mise en œuvre du LMD pour la profession infirmière. Il a également rappelé qu’en tant que médecin il était profondément attaché au rôle infirmier, à sa reconnaissance et au cadre institutionnel de la profession incarné par son ordre national. On maintient l’Ordre, il est sauvé !, s'est-il exclamé.

Lire la suite sur le site de l'Ordre national des infirmiers

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (4)

Fanny1408

Avatar de l'utilisateur

83 commentaires

#4

Vendre la peau de l'ours avant de de le tuer.

Atterrant de devoir constater que cet ordre infirmier qui revendique l'autonomie de la profession se raccroche à toutes les branches qui passent dans son inéluctable naufrage. L'oni s'accommode du soutien d'un seul sénateur médecin, ce même oni passe son temps à se réunir au Sénat ou au Conseil d'Etat et donc aux frais du contribuable, etc ...
Au fait, la situation financière de l'ordre, elle en est où ?
Quand à madame Fabregas, rédactrice en chef d'infirmiers.com et infirmière éloignée du terrain depuis plus de 20 ans (comme un certain Amouroux) qui se répand inutilement sur Twitter et ailleurs de son soutien inconditionnel à monsieur Borniche (désormais en retraite) et compagnie, on ne peut y voir que les intérêts commerciaux ou des œillères comme corollaire.
Enfin, quelque soit le vote final de l'Assemblée et nn du Sénat sur cette loi Santé, ce sont les infirmières qui auront le dernier mot en refusant de payer le droit à exercer.

propanolol

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#3

mdr

Nan mais cette phrase: "Il a également rappelé qu’en tant que médecin il était profondément attaché au rôle infirmier, à sa reconnaissance et au cadre institutionnel de la profession incarné par son ordre national. On maintient l’Ordre, il est sauvé !, s'est-il exclamé".
Quelle blague, je croyais que vous en aviez marre que ce soit les médecins qui prennent des décisions à votre place lol

C'est le sénat qui vote ou abroge les lois ?

Et la Bernie qui relaie ça sur son twitter !!! Infirmiers.com de l'ordre IDE !! De pire en pire.

loulic

Avatar de l'utilisateur

259 commentaires

#2

et après on me dit que je suis de mauvaise foi ...

"LE" sénat ou UN sénateur ?

Au passage, c'est amusant de constater que l'ordre qui clamait à corps et à cri son indépendance est donc soutenu par ces médecins dont il disait s'affranchir.

Real politique, ou plutôt gros bon cynisme.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Propagande

Les infirmiers ont bien compris que cet organisme sert des intérêts bien éloignés de ceux de la profession et qu'ils n'ont donc aucun avantage à adhérer et à cotiser.
Bel effort de propagande !