EN BREF

Les spécialistes encouragent la vaccination anti - Covid-19 des patients atteints de cancer

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le 18 janvier dernier, le gouverment rendait "hautement prioritaire" la vaccination anti - Covid-19 des personnes considérées comme "à très haut risque", dont les malades atteints de cancer. La réponse des spécialistes ne s'est pas faite attendre : nous conseillons et encourageons la vaccination de nos patients, que leur cancer soit actif, métastatique ou en rémission, ont insisté d'une même voix Eric Solary, Président du Conseil scientifique de la Fondation ARC et Lisa Derosa, oncologue à l'Institut Gustave Roussy. Evidémment, les données actuelles fournies par les industriels sont partielles, car les essais cliniques ont jusque-là porté sur des cohortes de patients en bonne santé. Mais les spécialistes affirment qu'il n'y a pour l'heure aucune raison objective d'éviter la vaccination et que l'oncologue est le plus à-même de déterminer le moment opportun pour réaliser l'injection - et éviter si besoin la concomitance avec les traitements (chimiothérapie, immunothérapie, greffe de cellules souches hématopoïétiques...). Au-delà des effets transitoires classiques (douleur au point d'injection...), aucun effet secondaire grave n'a été relevé jusqu'à maintenant chez les patients vaccinés à l'Institut, a assuré Lisa Derosa. A ce jour, le vaccin ne comporte donc aucune contre-indication ; en l'état actuel des connaissances, son efficacité est estimée à quatre mois environ. La répétition éventuelle des injections est donc un indicateur qui méritera d'être réévalué, et ce à la lumière de l'immunodépression qui caractérise ces patients. Certes, la réponse immunitaire est moindre chez les patients atteints de cancer, mais le vaccin les protège d'une forme grave de Covid-19. Des formes sévères qui induisent une mortalité jusqu'à 2,5 fois plus élevée chez des malades atteints de certains cancers comme les hémopathies malignes, a conclu Eric Solary. Une balance bénéfice/risque plus que favorable.


La Rédaction Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)