EN BREF

Une prime mensuelle pour les infirmiers en soins critiques annoncée par Jean Castex

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

À la suite de l’annonce de nouvelles mesures pour freiner la propagation du Covid-19 et dans un contexte où les soignants sont durement sollicités, le Premier ministre Jean Castex a indiqué qu’une prime mensuelle spécifique serait versée aux infirmiers travaillant dans les services de soins critiques et de réanimation.

Reconnaître la technicité des services

Dès le mois de janvier 2022, ces professionnels bénéficieront ainsi revalorisation salariale de 100 euros nets. Cette décision s’aligne sur les recommandations d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur le sujet. En tout, 24 000 personnes seraient concernées par le versement de cette prime. Nous allons mettre en oeuvre dès le mois de janvier 2022 l'une des mesures fortes que propose ce rapport, qui est d'accorder pour les infirmières de ces services de soins critiques une prime reconnaissant cette spécificité, cette technicité, de 100 euros par mois, qui sera donc versée dès janvier, a déclaré Jean Castex lors d’un déplacement dans un service de réanimation du Centre hospitalier intercommunal de Créteil en compagnie d’Olivier Véran, le ministre de la Santé.

Pour plus d'attractivité

Cette annonce s’inscrit dans un contexte sanitaire plus que difficile et alors que la profession infirmière tend à perdre de son attractivité malgré les mesures du Ségur de la Santé et entend ainsi soutenir celle de ces services. Ces services exigent une qualification, une technicité tout à fait forte et la difficulté de cette tâche peut nuire à [leur] attractivité , a expliqué le Premier ministre. C'est, dans le prolongement des efforts que la nation fait au titre du Ségur de la santé, une reconnaissance indispensable pour ces services dont on a évidemment éminemment besoin plus que jamais dans la crise actuelle que nous traversons avec l'arrivée du variant Omicron, a-t-il conclu.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)