EMPLOI

Quid de l'emploi infirmier en 2015 ?

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

En 2014, 12,42 % des infirmiers diplômés d'État étaient au chômage, selon une enquête menée en ligne par Infirmiers.com. Qu'en est-il en 2015 ?

infirmière dossier

Emploi des infirmiers : qu'en est-il en 2015 ? Infirmiers.com mène l'enquête.

12,42 % d'infirmiers au chômage, plus de 25 % des diplômés exerçant en CDD (contrat à durée déterminée), principalement des jeunes DE, et donc en situation précaire, telles étaient les conclusions de l'enquête menée en janvier 2015 sur l'emploi infirmier en France en 2014.

Cette année, Infirmiers.com interroge à nouveau la communauté au travers d'un questionnaire strictement anonyme sur l'emploi infirmier en France en 2015. Quelle est votre situation ? Quel est votre ressenti sur l'emploi ? Merci de prendre le temps de répondre à ces quelques questions. Nous aurons bien entendu à cœur de partager les résultats de cette enquête très prochainement !

Vous pouvez répondre à ce questionnaire jusqu'au 14 février 2016.

Creative Commons License

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

envie de changer de poste

Publicité

Commentaires (2)

loulic

Avatar de l'utilisateur

249 commentaires

#2

nullité

C'est d'une telle nullité que les fonctionnaires ne sont même pas pris en compte.

La méthodologie, toujours la même, sur du déclaratif, où l'o peut répondre autant de fois que l'on veut.

Encore une "étude" qui ne servira à rien puisqu'elle ne sera pas exploitable.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

489 commentaires

#1

Ubuesque !

Quelle méthode utilisez vous donc pour arriver à la conclusion que le chômage des IDE est supérieur à celui de l’ensemble de la population française ?
Rien sur le temps de pénétration du marché, le temps de chômage, le régionalisme, comparaison avec les autres professions, les postes qui n'intéressent pas et qui restent donc vacants, pourquoi le temps d'essai n'est pas transformé en CDI...etc, etc, etc.
Pas une seule étude de différents organismes sérieux ou tutelles n’abonde dans ce sens.