ESI

Etudiants en santé et acteurs de la prévention dès la rentrée 2018

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

C'était une promesse du candidat Emmanuel Macron : la mise en place d'un Service sanitaire pour tous les étudiants en santé, une réforme qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de santé. C'est pour présenter ses modalités qu'Agnès Buzyn, ministre des Solidarité et de la Santé et Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, étaient attendues ce lundi 26 février à l'Université d'Angers. Le service sanitaire permettra de diffuser, partout sur le territoire, des interventions de prévention conduites par des étudiants, précise le ministère qui veut ainsi sensibiliser sur les enjeux de santé publique autour de la sexualité, de l'activité physique, de l'alimentation ou encore des dangers liés à l’abus d’alcool. Infirmiers.com fait pour vous la synthèse de ce qu'il faut retenir et attend vos réactions.

étudiants bonhommes

A partir de la rentrée universitaire 2019, le service sanitaire concernera toutes les formations de santé (y compris par exemple les formations d’ergothérapie, d’orthophonie...), soit environ 50 000 étudiants par an.

Mise à jour - Selon l'Arrêté du 12 juin 2018 relatif au service sanitaire pour les étudiants en santé, l'indemnité forfaitaire des frais de déplacement mentionnée à l'alinéa 2 de l'article D. 4071-6 du code de la santé publique est versée aux étudiants par leur établissement d'inscription pour un montant de 130 euros bruts pour toute la durée de la réalisation de l'action concrète de prévention. Les universités concernées reçoivent les fonds correspondant sur justificatif de versement de ces indemnités aux étudiants concernés sur des crédits d'assurance maladie. La réalisation de l'action de service sanitaire étant incluse dans les temps de stage des formations existantes, l'étudiant est alors indemnisé pour sa réalisation dans les conditions et modalités prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'accomplissement des stages durant la formation et lorsque les dispositions réglementaires relatives à cette formation prévoient une telle indemnisation (soit 38 € par semaine pour les étudiants de deuxième année). Lire aussi le Décret n° 2018-472 du 12 juin 2018 relatif au service sanitaire des étudiants en santé 

Ce que dit le Gouvernement

Le candidat Emmanuel Macron l’avait promis durant la campagne présidentielle : Nous créerons un service sanitaire de trois mois pour tous les étudiants en santé : dans ce cadre, 40 000 d’entre eux interviendront dans les écoles, les entreprises, pour des actions de prévention. Agnès Buzyn était justement attendue ce lundi 26 février à Angers avec Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, pour présenter ses...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

Estienne

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#1

La belle affaire

40 000 étudiants interviendront dans les écoles et entreprises pour des missions de préventions dans un contexte de service sanitaire non rémunéré.
Les missions de préventions ne méritent elles pas la qualité d'intervention de professionnels diplômés expérimentés et spécialisés que sont les infirmiers scolaires et ceux de la santé au travail?
Le premier objectif d'un étudiant n'est-il pas de se former, d'apprendre, et les stages qu'ils font ne servent-ils pas déjà à cela.
Je n'ai absolument rien contre les étudiants qui peuvent s'ils le souhaitent organiser en accord avec leur IFSI ou durant leur stages des missions de préventions, mais pourquoi rendre cela obligatoire?
Quelque chose a dû m'échapper, si quelqu'un peu m'éclairer, car je reste perplexe.