TFE

TFE - La triade, une relation pansée à trois

par .

En juin 2014, Manon Strelezki, alors étudiante en soins infirmiers à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers de l'Assistance Publique Hôpitaux de Marseille – Hôpital Nord (promotion 2011-2014) a soutenu avec succès son travail de fin d'études sur la thématique suivante : « La triade, une relation pansée à trois ». Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l'en remercions.

étudiante chambre patient

Dans son TFE, Manon s'interroge sur la triade Patients/Proches/Soignants.

Manon débute ainsi son travail de recherche : « Durant toute ma formation à l'IFSI, j'ai eu l'occasion de me rendre compte, durant mes diverses expériences au sein des services hospitaliers dans le cadre de mes stages ou de mon contrat d'apprentissage, que les proches du patient n'étaient pas toujours assez utilisés comme ressource potentielle au sein des services par le personnel soignant. Cette ressource me paraît pourtant essentielle et primordiale pour une prise en charge globale et de qualité du patient.

J’ai pris conscience que lors des soins, par exemple, l'entourage du patient, que ce soit la famille ou un proche, n’étaient pas ou très peu sollicités en vue de l'aide qu'ils pouvaient nous apporter (renseignements, aide ou soutien psychologique...).

Nous savons aujourd’hui que le bien-être est une composante à part entière, quelque chose d'essentiel pour pouvoir se maintenir en bonne santé ; c'est ce qui permet de garder un équilibre psychique supportable. Lorsque la personne tombe malade et est hospitalisée, elle se retrouve privée de ses repères, de ses habitudes de vie. Les proches vont donc trouver leur place dans le maintien de ce lien social et de cette proximité avec le quotidien de la personne, et ainsi favoriser sa guérison. Si l'on sait que les équipes de soins mettent tout en œuvre pour assurer la continuité des soins et améliorer le confort et le bien-être du patient au cours de l'hospitalisation, il peut parfois être complexe pour le soignant de savoir se positionner par rapport aux proches dans un soin.

Je me suis rendu compte durant mes stages que, moi-même, je n'étais pas toujours à l'aise avec les proches du patient, et qu'il m’était arrivé à plusieurs reprises de me poser des questions :

  • Quels soins pouvaient justifier la présence ou non des proches dans la chambre ?
  • En quoi pouvaient-ils m'être utiles pour améliorer la prise en charge du patient au cours d'un soin ?
  • Qu'est-ce que j'avais le droit de leur dire, et qu'est-ce qu'il ne fallait pas dire concernant l'état du patient ?
  • Comment gérer leurs émotions, quand les proches se mettaient à « craquer » psychologiquement?

Toutes ces interrogations auxquelles je n'ai pu répondre durant ma formation, m'ont conduite à vouloir les approfondir dans mon mémoire de fin d'études afin de pouvoir, dans mon futur métier, mieux appréhender les relations avec les proches du patient, autrement dit de pouvoir mieux définir leur place ainsi que la mienne dans la « Triade Patients/Proches/Soignants ». »

Lire le TFE - « La triade, une relation pansée à trois »

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE   Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Publicité

Commentaires (2)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

638 commentaires

#2

...

qu'est-ce que la "problémisation" ?

enfin, je comprends bien, mais tout ce parler issu des ifsi est assez lourd

binoute1

Avatar de l'utilisateur

638 commentaires

#1

généralisation

"j'ai eu l'occasion de me rendre compte, durant mes diverses expériences au sein des services hospitaliers ... que les proches du patient n'étaient pas toujours assez utilisés comme ressource potentielle"
"que ce soit la famille ou un proche, n’étaient pas ou très peu sollicités en vue de l'aide "

ben pê n'a-t-elle pas eu les bonnes expériences. Mais c'est rapîdement généraliser, c'est dommage.