GRANDS DOSSIERS

Loi de santé : les infirmiers reconnus mais inquiets...

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

L'Assemblée nationale vient d'adopter en nouvelle lecture le projet de loi de modernisation du système de santé. Ce texte renforce les compétences et le rôle des infirmiers en reconnaissant concrètement « la pratique avancée » ainsi que son rôle dans la prévention et le dépistage notamment scolaires. Pour autant certaines inquiétudes demeurent quant à une organisation des soins de premier recours relevant d'une vision trop médico-centrée et par trop administrée du soin.

infirmières visages

Un Ordre infirmier et une pratique avancée reconnus... mais quid des infirmiers de premier recours et des relations ville/hôpital...

Nous remercions les députés d'avoir, en nouvelle lecture, confirmé la reconnaissance de l'évolution des compétences infirmières au travers de la pratique avancée et du maintien de l'Ordre national des infirmiers, seule institution à même d'accompagner ces évolutions de nos modèles professionnels explique Didier Borniche, Président de l'Ordre. Le projet de loi de modernisation du système de santé reconnait en effet en son article 30 l'exercice en pratique avancée des infirmiers. La création de ce « nouveau métier » de niveau Master constitue une réponse appropriée aux besoins croissants des patients chroniques en même temps qu'il ouvre des perspectives d'évolution importantes pour les infirmiers.

Projet de loi de modernisation du système de santé : reconnaissance du rôle et de l'évolution des infirmiers et interrogations sur l'avenir des soins de premier recours

Le projet de loi renforce la prévention et l'éducation pour la santé, reconnaissant ainsi le rôle majeur des infirmiers, acteurs par excellence de l'éducation pour la santé. L'Ordre se félicite ainsi de l'adoption par l'Assemblée nationale d'un amendement du député LR Jean-Louis Costes reconnaissant le rôle autonome de l'infirmière scolaire dans la prévention, le dépistage et le traitement dans le domaine de la santé sexuelle en se dispensant du consentement des titulaires de l'autorité parentale.

Des inquiétudes persistent dans l'avenir de l'organisation des soins de proximité

L'Ordre des infirmiers souhaite néanmoins relayer les fortes inquiétudes des infirmiers de premier recours au regard de l'organisation des soins de proximité voulue par l'article 12 bis du projet de loi qui vise à créer des « communautés professionnelles de territoire de santé ». Nouvelle dénomination du service territorial de santé au public initialement proposé, ces communautés restent le fruit d'une vision technocratique et médico-centrée des soins de proximité dans laquelle les infirmiers qui interviennent dans les soins de proximité ne se reconnaissent pas. Avec le tiers-payant généralisé le projet de loi mène la santé vers des territoires trop fortement administrés au détriment de la coordination et de la souplesse du système. Lire que ces communautés professionnelles seront des équipes constituées autour d'un médecin généraliste est à milles lieues de la réalité du terrain. Nous aurions aimé que la loi vise à faciliter le travail des professionnels du premier recours en fluidifiant le lien ville-hôpital et la coordination des soins, coordination qui peut être soignante et sociale et ne se confond pas avec la synthèse médicale assurée par le médecin traitant. Notre crainte est hélas, une complexification du parcours de soins au détriment d'une prise en charge optimale des patients chroniques conclut Didier Borniche.

Communiqué de l'Ordre national des infirmiers, mardi 1er décembre 2015

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)