GRANDS DOSSIERS

L'Ordre des infirmiers vivra

par .

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Tantôt supprimé par les députés, tantôt rétabli par les sénateurs, l'Ordre national des infirmiers (ONI) est désormais hors de danger puisque dans le cadre du projet de loi de santé, les amendements n° 614, 615 et 617 déposés par Annie Le Houerou visant à rendre l'ONI facultatif, voire à le supprimer, n'ont pas été adoptés. Victoire pour les uns, défaite pour les autres, cette annonce n'a pas laissé les infirmiers indifférents.

emoticones

L'Ordre infirmier et ses missions ont été confortés par les députés.

Lors de la seconde lecture de projet de loi relatif à la santé, qui se déroule depuis le mardi 24 novembre et se terminera le 1er décembre 2015, les trois amendements (n° 614, 615 et 617) déposés par Annie Le Houerou, députée (PS) des Côtes-d'Armor, visant à rendre l'adhésion à l'Ordre des infirmiers facultative, voire à abroger l'instance, ont été rejetés. Dans son argumentaire, la députée a fait valoir que cet amendement a pour objet d’apaiser les conflits au sein d’une profession divisée, qui oppose un refus de principe. Lors des auditions, nous avons ainsi pu écouter des positions bien tranchées, qui n’étaient pas conciliables : certains infirmiers sont favorables à l’ordre quand d’autres y sont entièrement opposés. Il devient urgent de clarifier la situation juridique de ces infirmiers, qui est extrêmement précaire puisque 80 % d’entre eux ne sont pas inscrits à l’ordre, une inscription pourtant obligatoire. Ces personnes tombent donc sous le coup d’un exercice illégal de leur profession. Le risque élevé de contentieux qui en résulte est préjudiciable aux infirmiers comme aux patients. Défavorable à ces amendements, la commission des Affaires sociales a souligné que nombre des critiques formulées concernent en réalité les débuts de l’ordre national des infirmiers : la gestion de cet organisme était alors défectueuse, et les conditions d’inscription, de cotisation et d’adhésion, non exemptes de critiques. Cela justifiait en effet une remise en ordre. Et d'ajouter que dans les deux dernières années, toutefois, des modifications importantes sont intervenues. La gestion de l’ordre est devenue exemplaire, et les cotisations, qui s’élèvent à 30 euros pour les infirmiers salariés, sont désormais modérées et accessibles. Les adhésions sont en constante progression alors que les personnes non adhérentes ne font pas l’objet de poursuites. En définitive, ces conditions font beaucoup moins l’objet de critiques, quels que soient ceux qui les adressent. De son côté, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la santé et des Droits des femmes avance qu’il serait paradoxal de supprimer l’ordre dans un texte qui renforce les compétences des infirmiers, via les pratiques avancées et que la nouvelle direction de l’ordre des infirmiers a incontestablement compris qu’elle devait convaincre, et elle s’y emploie à l’aide de pratiques plus conformes à ce que l’on peut attendre d’une structure déontologique que ce que l’on a connu par le passé. Il y a certes encore du travail à accomplir, mais c’est à l’ordre de le faire. Le Parlement a donc conforté l'existence de l'Ordre national des infirmiers qui pourra continuer d'exercer ses missions.

Fin de bataille ?

Sur la page Facebook d'Infirmiers.com, la nouvelle a été accueillie avec enthousiasme par les uns et amertume par les autres.

Ainsi, pour Vincent, il s'agit d'une très bonne nouvelle ! Seulement 5% des infirmiers sont syndiqués! Si l'ordre disparaissait, on retomberait sous tutelle médicale, avec une vraie perte d'indépendance ! La nouvelle direction de l'ordre défend réellement les intérêts des infirmiers devant le ministère ! Peu d'infirmiers le savent, mais grâce à l'ordre, de nombreux amendements "anti-infirmier" ont été abandonnés.... Pour Dvd, finie la tutelle médicale, nous serons maîtres du contenu des études, de l'exercice de notre profession et des sanctions, nous pourrons faire reconnaître nos compétences et faire évoluer l'image et la rémunération, n'en déplaise aux syndicats qui ne font pas mieux. Jeremy, infirmier au Québec, compare sa situation avec celle des infirmiers français, et souligne que la cotisation est de 30 euros. Il ne faut pas non plus en faire toute une histoire. 75 pour les libéraux. Il ne faut pas être réfractaire au changement. Je travaille maintenant au Canada et je paie mon ordre plus de 400 dollars par an ce qui est franchement abusé mais on est vraiment une profession à part entière. et on est respecté. Des études sont faites. Notre champ de compétences est en train d'être élargi et s'est important qu'un organisme unique coordonne l'ensemble.

D'autres en revanche sont déçus, voire exaspérés de constater que l'Ordre va perdurer. Pierre indique être content d'être à deux ans de la retraite et de ne pas subir cette horreurTu parles d une bonne nouvelle, estime Dan. Sachant ce qu'ils ont réellement fait pour nous et les concessions réalisées pour ne nous donner que des miettes [...] Cet ordre ne sera malheureusement qu'un pion par ses missions et il nous rendra la vie encore plus difficile qu'elle ne l'est. De son côté, Tiphaine s'interroge : Est-on réellement obligé d'y adhérer ?? Lorsque j'ai commencé à travailler, on m'a dit que c'était obligatoire, donc j'ai fait le mouton comme les autres. Mais au fil des années, je m'aperçois que tous les jeunes diplômés avec qui je travaille ne connaissent même pas son existence !!!!. Pour Frédérique, il faut voir les modalités mais payer pour travailler alors que nous sommes parmi les moins rémunérés en Europe je trouve cela indécent !!!!!. Sandrine, jeune infirmière diplômée a d'ores et déjà pris la décision de ne pas s'inscrire pour le moment. Quant au syndicat Résilience, qui lutte depuis ses débuts pour que l'Ordre soit abrogé, il déplore que seuls 18 députés étaient présents au moment du vote et donne rendez-vous en "3ème lecture" - dans les urnes - aux régionales les 6 et 13/12. Ce scénario n'est pas sans rappeler celui qui s'est déroulé la nuit du jeudi au vendredi 10 avril 2015, lorsque 19 députés avaient décidé d'abroger l'Ordre… Quoi qu'il en soit, les dés sont désormais jetés puisque la suppression de l'article 30 bis A ayant été votée par le Sénat et par les députés, il ne peut plus être débattu. Cependant, l'ONI doit encore convaincre près de 80 % d'infirmiers qui ne sont pas encore inscrits au tableau, soit parce qu'ils ne le souhaitent pas, soit parce qu'ils ne le connaissent pas…Le combat n'est donc pas tout à fait terminé.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Journaliste aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (21)

Fanny1408

Avatar de l'utilisateur

83 commentaires

#21

Mécontentement des masseurs-kinésithérapeutes et des infirmiers vis-à-vis de leurs ordres respectifs.

Question publiée au JO le : 08/12/2015 - Question N° 91712 Texte de la question
M. François Vannson attire l'attention de Mme la ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur le mécontentement des masseurs-kinésithérapeutes et des infirmiers vis-à-vis de leurs ordres respectifs. Ces professionnels notent ainsi l'absence de consultation lors de leur instauration, l'opacité de leurs pratiques ainsi que leur manque de représentativité - celui-ci pouvant néanmoins s'expliquer par l'importance des cotisations demandées (75 euros pour les infirmiers et 280 euros pour les kinésithérapeutes libéraux) -. Ils évoquent également la gestion financière des plus singulières de ces ordres, l'absence d'objectif concret apporté ainsi que leur attitude des plus particulières envers les professionnels non-inscrits ou aux cotisations impayées. Si nombre de masseurs-kinésithérapeutes et d'infirmiers sont conscients que leurs professions nécessitent un cadre constitutionnel et institutionnel - pour s'assurer de la régulation déontologique notamment -, leurs ordres respectifs ne paraissent aucunement satisfaire à cette exigence. Aussi, au vu de ces difficultés, proposent-ils qu'à ces ordres soit substitué le haut conseil des professions paramédicales ou une institution similaire. Il lui demande donc de bien vouloir lui indiquer les intentions du Gouvernement en la matière.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#20

quel intérêt ?

Pourquoi l'ordre voudrait me dire ce qui est bon pour moi ?
Quand on voit déjà ce qui a été dit ou fait : au mieux ça rends méfiant (certains élus disaient que la RCP était obligatoires...) au pire on se dit que franchement c'est pas la rentabilité qui vous étouffe .

Ensuite oui, 30€ /an, ben je préfère les mettre ailleurs .
Si vraiment vous ne être convaincus , restez entre convaincus !

mais surtout bravo le choix de l'image pour illustrer l'article : on voit bien une belle illustration de l'impartialité journalistique....

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#19

Et m....

Perso, j'ai une allergie viscérale pour les gens - comme ceux de l'ONI - qui savent ce qui est bon pour moi et qui veulent faire mon bonheur sans me demander mon avis. Qu'ils aillent au diable.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#18

Aux infirmiers,

on demande seulement de s'inscrire au truc, de cotiser et d'obéir.
Ce sont quelques députés, sénateurs et une ministre qui trouvent un ordre nécessaire, surtout pour les banquiers.
Même immature, la profession a bien compris que son ordre ne peut pas vivre d'amour et d'eau fraîche : la solution pour se débarrasser de cette inutile organisation est toute trouvée : ne pas payer !

Fanny1408

Avatar de l'utilisateur

83 commentaires

#17

Pathétique.

Le seul mot d'ordre à faire passer :

ON NE PAYE PAS !

Le reste n'est que pipeau.
Et l'autre qui traitait les députés de pieds nickelés en avril ferait mieux de se taire.

yves14

Avatar de l'utilisateur

30 commentaires

#16

constitution

payer pour travailler: JAMAIS!!!!!!!!!
quelque soit la somme à payer

mimicra

Avatar de l'utilisateur

98 commentaires

#15

Fin de bataille ? Sommes nous en guerre ?

« La guerre est un acte de violence dont l'objectif est de contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté. »

Ce débat est toujours là, et pourtant rien ne change !

Toujours aussi peu d'inscrits : entre 1000 et 2000 max par mois (Je tiens à disposition de ceux qui le désirent les copies d'écran prises à titre de preuves) => à ce rythme pour forcer les quelques 420 000 irréductibles (et irrévérencieux), il faudra environ entre 210 mois et 420 mois, soit entre 17 et 35 ans !!

C'est "drôle", de se dire que l'ordre, TELLEMENT DÉSIRÉ par les professionnels (à ce que ONI et ses disciples disent bien entendu) va se traîner comme une limace pour appâter et aguicher les rebelles qui font preuve de si peu d'enthousiasme face à la magnifique Organisation qui veut exercer un contrôle sur une profession en souffrance.

Abus de faiblesse ? Crise d'EGO ? ou MESSIE (pas Lionel) ?

Comment (C0N)VAINCRE ?
1) Les menaces, les intimidations => Pas beau mais ce qui semble être le plus efficace

2) Rendre pitoyable notre profession => toujours regarder dans l'assiette du "Docteur", et le montrer du doigt en disant que c'est lui le fautif => Personne n'est dupe

3) Se Positionner en sauveur de la profession => Le Père Noël n'existe pas, je le rappelle, alors ONI = sauveur, c'est le même mensonge

Toujours aussi peu d'engouement à se plier à cette "adhésion" ( Acte volontaire par lequel on devient membre d'un mouvement politique ou syndical etc. dont on partage (au moins partiellement) les idées *source http://www.cnrtl.fr/ )

Bref ONI et vrais partisans sont toujours aussi peu crédibles, et malgré tout toujours à la chasse et en guerre.

Foutez nous la PAIX !!!

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#14

suite

petit souci avec le texte précédent...pour synthétiser sur l'Arm : pas de suivi, pas de soutien dans notre démarche de faire respecter nos compétences, méconnaissance absolue du système étranger avec lequel vous avez signé, discours dédaigneux sur notre niveau, c'est vrai que nous n'avons que 23 semaines de plus de stage pratique, je ne parle même pas du type de stage...et pour finir la demande de l'ONI d'Avenant pour l'arm qui dispense les inf Qc du stage d'Adaptation de 75 jrs...Donc pas de demande pour les inf françaises pour faire respecter l'équivalence, mais une demande au profit des inf Qc alors que personne du côté Qc ne vous a rien demandé...et vous seriez les représentant de la profession infirmière française??
La défense de la profession aurait déjà été de faire en sorte que l'on puisse exercer notre métier dans les meilleures conditions...ah mais oui c'est vrai ce n'est pas votre mission...
Que l'ordre fasse apparaître son bilan financier avec les salaires et primes accordées à ses dirigeants et on reparlera de vos missions, de votre transparence et de notre intérêt à le financer....votre président, grand admirateur s'il en est d'un autre ordre, et amateur de place dans des organismes très lucratifs pour les personnes qui y siègent, organismes dont le principal trait est l'Autoproclamation, devrait peut être commencer par se poser la question de sa légitimité alors même qu'il ne pratique plus...en retraite on joue au bridge, à la pétanque, mais surtout on laisse la place aux nouvelles générations, c'est cela l'évolution. Combien d'années a pratiqué ce monsieur (je parle ici du métier d'infirmier sur le terrain, en lien direct avec le patient) pour se permettre de penser qu'il sait de quoi il parle???

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#13

@CNOI

l'ONI n'est pas le représentant de la profession, vous n'Avez reçu aucun mandat pour cela. Le fait que cela soit votre désir ne modifie pas la réalité. Je fais partie de ceux qui refusent que soit aliénée leur liberté de panser.
vous prétendez défendre nos intérêts en appuyant par exemple la «pratique avancée» alors que celle-ci n'est que la traduction d'une fonction existante outre-atlantique qui n'a aucune raison d'être sur notre territoire car notre système de santé est totalement différent et les missions que vous reliez à cette pratique ne sont que celles déjà existantes dans notre décret de compétences. Je ne parle même pas ici de cette «formation» et des problèmes de légitimité posés par les soi-disants professeurs qui y enseignent.
vous prétendez défendre l'honneur de notre profession, alors que vous avez été incapable de faire le suivi de l'ARM que vous avez signé avec le Québec. Lors des échanges que nous avons eu avec vous(ONI) vous avez démontré sans aucun doute votre méconnaissance absolue de la réalité de la formation Québécoise, et le top du top c'est que vous avez pleinement trahi la profession infirmière française non seulement en ne nous aidant pas pour faire respecter notre équivalence, mais aussi en nous répondant que la formation Qc BAC est supérieure à la notre alors qu'il demandant un avenant à l'ARM qui fait que les Qc qui postulent sur le territoire français n'ont même plus besoin de faire le stage d'Adaptation de 75 jrs, alors que c'Est toujours le cas dans l'Autre sens, et ceci ALORS MEME que personne du côté Québécois ne vous le demandait...quel est le sens de cette initiative et qu'Est-ce qui le justifie? le poste de mr bi au Sidiief?
la profession c'Est très bien passée de vous jusqu'à présent et continuera à le faire. Vous croyez réellement qu'au vu du peu de cas que vous faites de la représentativité et de ce qu'elle implique en terme de légitimité, on va vous faire confiance? vous n'avez pas demandé l'Avis de la profession, vous

CNOI

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#12

@réponses...

@Zeiks:
fort dommage de présenter l'ordre aux futurs professionnels de cette manière, car bien au delà de l'obligation, l'union est une nécessité pour notre profession. Combien d'infirmières se plaignent à juste titre que leur compétences ne sont pas suffisamment reconnus....
cela ne se fera pas en 1 jour, mais c'est le boulot notamment de l'ordre.

@eusèbe: A de multiples reprises les sénateurs et députés ont majoritairement décider que l'ordre des infirmiers étaient nécessaires pour les infirmiers... après , ce n'est pas 8 députés de droite mais à 10 députés qui ont soutenus l'ordre ( 7 de gauche et 3 de droite), avec le soutien du sénat, de la ministre, du gouvernement, des rapporteurs, de la majorité de la commission des affaires sociales...

@mickaelm: l'ordre est et doit être un représentant de la profession, sans pour autant se substituer aux syndicats qui ont leurs missions... l'article sur les pratiques avancées est notamment une volonté de l'ordre et repris par les députés, d'autres exemples existent...

L'ordre des infirmiers sera ce que les infirmiers en feront, et nous pouvons avoir confiance en notre profession.

Karim m
sec gen CNOi

Motarde de DIJON

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#11

Pathétique... tac...

Lamentable.!

Madame la Ministre s'est ravisée.

Au début de son ministère elle frimait: ''Je vais rendre l'Ordre des Infirmiers facultatif'' disait-elle. Tout comme ses prédécesseurs.

A présent, elle retourne sa veste, toujours du bon côté. Jacques DUTRONC l'avait prédit.

D'ailleurs le chef de Madame la Ministre lui dit ce qu'il faut faire et ce qu'il faut dire.

Comme disait Jean Pierre CHEVENEMENT: ''Un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne''.

Je veux ignorer le nom du chef de Madame la Ministre de la bonne Santé et des Droits des Femmes jusqu'en 2017.

Cependant, je m'interroge...

177 000 infirmières sont inscrites à l'Ordre des Infirmiers de la France internationale... Selon les estimations variables, il y aurait 600 000 IDE en exercice en France. Bien sûr on ne compte pas le Québec, si cher à Monsieur le Président Ordinal.

Arithmétiquement, 600 000 IDE en exercice moins 177 000 IDE inscrites à l'ONI, correspond ''grosso modo'' à 423 000 IDE en exercice illégal.

Elles disent quoi ces 423 000 IDE non inscrites à l'Ordre des Infirmiers? On les entend? Elles s'expriment? Elles s'en foutent? Elles ont une opinion?

En 2016 nous fêterons le dixième anniversaire de la création légale de l'Ordre des Infirmiers. Comme le temps passe... Tic-Tac...

dachs

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#10

Yes or no ?

Vivra ? Survivra ? Périra ? Disparaitra ?

Les politiques et les financiers sont à son chevet, les infirmiers s'en désintéressent, il n'y en a même qui n'en connaissent pas l'existence.

Jamais un ordre n'a posé autant de problèmes, et a été à ce point décrié.

Continuons à l'ignorer, il s'étiolera et finira bien par ne plus exister.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#9

La permission ne donne pas les moyens.

L'ordre infirmier a donc eu la permission de 9 députés de pouvoir survivre.
Mais pour ce qui est des moyens, ce sera bien aux infirmiers de les donner, et là, il se peut qu'il y ait des problèmes, n'est-ce pas ?

Fanny1408

Avatar de l'utilisateur

83 commentaires

#8

@vesunna

La relecture du compte rendu des débats sur le site de l'Assemblée Nationale vaut tous les commentaires :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2015-2016/20160070.asp#P669799

http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2015-2016/20160069.asp#P666825

Extrait :

M. Denis Jacquat. Je termine, car cela est important, madame la présidente. Comme il y a des détracteurs dans tous les ordres, il est évident que si l’on supprime l’un d’entre eux, on nous demandera ensuite de les supprimer tous.

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#7

suite

au Québec donc, lieu où l'ordre est pour le moins existant depuis de nombreuses années avec les deniers des inf, le gvt propose de réduire les salaires, et de réorganiser le système de soins (lire : diminuer les services), alors même que très récemment l'ordre se félicitait du fait que certaines infirmières allaient pouvoir prescrir...Évolution Positive???

la profession n'A pas attendu les ordres pour faire évoluer les pratiques et innover. Les PHRPI ne sont pas nés de l'ordre. Et le gouvernement, peu importe le pays, fera toujours ce qu'il veut concernant le système de soin.

Alors en cette période de tragédies liées aux libertés individuelles et à ceux qui veulent les contrôler, la décence aurait été de poser la question de la nécessité de l'ordre de façon démocratique : faisons un référendum professionnel où seules les infirmières et infirmiers en exercice pourront voter, ce qui réconciliera la profession et marquera la volonté de la majorité.

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#6

retour à la case départ

bien, donc un amendement rejeté....
cela rend-il l'ordre plus légitime?

si certains se réjouissent de cette décision de qq personnes, après s'être offusqué du manque de représentativité d'une décision précédente contraire, ils ne répondent toujours pas sur la légitimité de la création de cet ordre :
qui est réellement le mandant?
le petit nombre de personnes ayant contribué à sa création avait-il légitimité à le faire?
les représentants de cet ordre (et non pas de la profession) ont-ils une telle image d'eux mêmes, qu'ils pensent qu'ils ont la connaissance absolue pour décider pour toute une profession? eux ils savent ce qui est bien...
dans l'Article «vincent» fait encore cette comparaison avec la représentativité syndicale....Il existe deux différences majeures avec les syndicats de la fonction publique : AUCUNE OBLIGATION D'ADHESION et pas de corporatisme...ensuite il nous parle de défense des intérêts, de perte d'indépendance (il faut donc devenir dépendant de l'ordre pour ne plus être dépendant de l'ordre médical.....on pourrait déjà discuter de cette soi disante dépendance aux médecins car dans le décret de compétences il y a un rôle prescrit, vouloir développer le rôle propre ne doit pas vouloir dire supprimer le rôle prescrit).
DVD nous parle de maitrise du contenu des études...dans AUCUN pays où existe l'ordre infirmier, ce n'est cet ordre qui détermine le contenu des études...pas plus qu'il ne change l'exercice...ce sont les études supérieures mais surtout les critères économiques qui donnent les changements.
quant à l'impact sur l'image et la rémunération, il serait vraiment intéressant que ces personnes nous fournissent les références qui déterminent un lien entre d'un côté l'existence d'un ordre et de l'autre une image et une rémunération adéquate...il ne suffit pas de faire des conférences ceci ou cela, pour que l'Autre change son regard...et concernant la rémunération adéquate je vous invite à regarder ce qui se passe au Québec en ce moment,

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#5

Eusèbe

Tu es inénarrable!

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#4

Non merci...

En étant viré, comme tu le dis, tu as aussi fait disparaitre tout ce qui était dit par les autres, pas très cool, ça...
Mais enfin, 9 députés (de droite) contre 8, ce n'est vraiment pas très glorifiant ; d'autant qu'il y en a un, avec, disons, un curieux sens de l'éthique et de la déontologie.
Quant à ton invitation à rejoindre ta famille, comme je l'ai mis en titre, c'est non merci, et cela, définitivement, assuré de ne jamais avoir à me soumettre aux injonctions ordinales.
Je me permets néanmoins de poser deux questions : j'ai toujours lu que l'ordre devait son indépendance au seul fait que son financement venait uniquement des cotisations des inscrits : comment allez-vous convaincre les (nombreux) récalcitrants à cet impôt alors que vous en êtes depuis un certain temps à pourchasser les mauvais payeurs, et comment pouvez-vous clamer votre indépendance alors que ce sont des députés médecins, inquiets pour leur propre ordre (qui ne doit pas être lui-même une sinécure), qui ont assuré provisoirement la survie du votre ? L'oni ne deviendrait-il pas le valet de l'odm ?
Et pour ce qui est de détruire, vous êtes bel et bien responsable de la désunion de la profession infirmière, et ça, vous pouvez fièrement le revendiquer.

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#3

Cher Eusèbe

Bon, comme j'ai décidé d'être gentil avec toi pour ne pas me faire virer, je te demande simplement de te souvenir que le " plébicite" de quelque députés se contente de faire écho au " plébicite" de la suppression du mois de mars! Où est l'avis de notre profession dans cette comédie parlementaire?
Je retiens, parce que je suis positif que: " l'ordre sera ce que les infirmiers en feront", quelle phrase intelligente! Si ton énergie pouvait être utilisée à construire plutôt qu'à détruire... tu seras le bienvenue.

zeiks

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Adhésion ou non ?

Bonjour,

Jeune DE se pose aujourd'hui la question de mon adhésion à l'Ordre ou non, de prime abord l'ONI m'a paru une bonne chose pour la profession. Imaginez-vous le poids de 600 000 personnes -soit l'équivalent du syndicat FO- issus d'une seule profession ? Autant vous dire que les infirmiers n'auraient pas grand mal à faire entendre leurs voix (pour info il y a 280 000 médecins inscrits au sein de leur Ordre).

Ensuite deux représentants sont venus présenter l'Ordre dans mon IFSI, leur discours m'a déplu pour différentes raisons. En effet leur fer de lance étant de menacer les futurs infirmiers en cas de non-adhésion à l'Ordre... Là on touche le fond du problème à savoir que l'ONI ne sait pas se vendre et surtout ne sait pas expliquer ses missions et attributions.

Aujourd'hui mon avis serait que l'ONI est un beau projet qui a mal été concrétisé, qui a divisé la profession en prenant certaines positions et qui a terni son image à travers certains représentants.

Néanmoins c'est en augmentant son nombre d'adhérents que l'Ordre perdurera et pour ça il va falloir séduire et non contraindre...

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#1

Effectivement, le combat continue.

Quel plébiscite : 9 voix pour et 8 voix contre dans une assemblée qui comprend 577 députés !
Autant dire que ce ne sont pas ces 9 représentants de la nation (dont un assez particulier) qui vont faire adhérer 450000 infirmiers qui ne veulent pas s’inscrire.
L'ordre des médecins avait peur de l'effet boule de neige et a trouvé en l'oni le parfait larbin qui lui sera longtemps redevable.
Et puis, un ordre professionnel ne vit que grâce aux cotisations de ses adhérents : en voilà une faiblesse bien handicapante, n’est-ce pas ?
Il paraitrait qu’il n’y aurait pas de procédures contre les insoumis mais une grande campagne de communication : se rassembler par exemple ? Ce que l'ordre n'a pas pu faire en 9 ans, il ne le fera pas plus maintenant qu'il a été aidé par quelques députés.
Retour donc au 21 décembre 2006, la loi vient d'être votée, les infirmiers ont un ordre ; sauf qu'il a échoué sur toute la ligne.
L'ordre sera ce que les infirmiers en feront : pour l'instant ce sont des médecins parlementaires qui le sauvent, les infirmiers ne sont pas écoutés, ils auront toutefois le dernier mot et le feront vivre, ou pas...
La profession n’a pas fini de se diviser…