EN BREF

Vaccin anti-Covid-19 : La HAS précise les populations éligibles à une dose de rappel

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Emmanuel Macron l’avait confirmé lors du Conseil de défense sanitaire du mercredi 11 août : une campagne de rappel vaccinal contre le Covid-19 serait mise en place à la rentrée pour certaines catégories de population à risque. Saisie depuis par le ministère de la Santé, la Haute Autorité de Santé a rendu un avis précisant les populations éligibles à une troisième dose. Elle propose ainsi une dose de rappel avec un vaccin à ARNm pour les personnes de 65 ans et plus, ainsi que pour les personnes présentant des comorbidités qui augmentent le risque de formes graves, indique-t-elle dans un communiqué daté du mardi 24 août. Elle recommande d’administrer cette troisième dose dans un délai d’au moins 6 mois suivant la primovaccination complète, et conseille de proposer aux personnes ayant reçu le vaccin Janssen, qui ne nécessite, lui, qu’une dose, de bénéficier d’une injection de rappel d’un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna). Les données disponibles ne permettent pas de confirmer l'efficacité à long terme du schéma de vaccination à une dose du vaccin Janssen contre le variant Delta, justifie-t-elle en effet. Elle préconise par ailleurs d’organiser cette campagne de rappel vaccinal en parallèle de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, à la fin du mois d'octobre, notamment afin d’éviter cette dernière de prendre du retard. À noter toutefois que cet avis intervient alors que l’administration d’une dose de rappel n’est, à ce jour, par prévue dans les autorisations de mise sur le marché des différents vaccins. L'avis de la HAS, rendu à la demande du Gouvernement pour permettre l'organisation et l'anticipation de la campagne de rappel, est donc conditionné à la validation de ce rappel par l'agence européenne du médicament (EMA), tient-elle à rappeler.

Cette campagne de rappel serait "susceptible de concerner 18 millions de personnes", a par ailleurs précisé le ministère de la Santé lors d'un point presse organisé dans la journée. Comme lors de l'ouverture de la première campagne, débutée en janvier, les personnes de plus de 80 ans, les résidents des EHPAD et des unites de soins de longue durée, ainsi que les patients immunodéprimés et les malades présentant de haut risque de contracter des formes graves du virus auront la priorité, avant un élargissement de l'accès à la vaccination aux plus de 65 ans. Les résidents d'EHPAD pourront recevoir une troisième injection à partir du 13 septembre ; les plus de 65 ans et les personnes atteintes de comorbidités, elles, auront la possibilité de prendre rendez-vous dès le 1er septembre.

La Rédaction Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)