EN BREF

Covid-19 : une campagne de rappel vaccinal confirmée pour les plus vulnérables

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Face à la recrudescence épidémique de Covid-19 qu’affronte la France, en particulier aux Antilles où la situation s’est fortement dégradée et est jugée dramatique par l’exécutif, mais aussi en région PACA, en Occitanie et en Corse, Emmanuel Macron réitère ses appels à vacciner massivement la population. La crise sanitaire n'est pas derrière nous, très clairement, nous allons vivre pendant encore plusieurs mois avec le virus, a-t-il ainsi prévenu depuis le fort de Brégançon lors du Conseil de défense sanitaire qui s’est tenu ce mercredi 11 août en visioconférence. Alors que la trajectoire épidémique se situe sur un plateau légèrement ascendant, le chef de l’Etat a fixé un objectif simple : la vaccination de tous les Français qui peuvent être vaccinés, avec une cible fixée à 50 millions de vaccinés à la fin du mois d’août. Actuellement, 37,8 millions de Français ont reçu deux doses de vaccin anti-Covid, pour une couverture vaccinale de 65,1%. Toujours sur le terrain de la vaccination, le sujet d’une troisième dose pour les personnes les plus à risque, évoquée depuis plusieurs semaines, a également été mis sur la table. Emmanuel Macron a ainsi confirmé qu’une campagne de rappel serait mise en place à partir de la mi-septembre à destination des plus de 80 ans et des personnes particulièrement vulnérables au virus. La liste des populations concernées sera établie par la Haute Autorité de Santé, a par la suite indiqué Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, à l'issue du Conseil des ministres qui s'est tenu dans la foulée du Conseil de défense. A la rentrée également, collégiens, lycéens et étudiants auront, quant à eux, la possibilité de se faire vacciner dans leurs établissements scolaires, a annoncé le chef de l'Etat. Il a enfin tenu à défendre l’instauration du pass sanitaire, en vigueur dans les cafés, restaurants et nombreux lieux publics depuis lundi 9 août, estimant que si nous mesurons les contraintes, nous n’avions pas d’autre choix car c’était cela ou la fermeture du pays. Celui-ci Concluant par un appel au civisme et au sens du devoir, il a exhorté les Français à poursuivre la voie de la confiance sans cesse renouvelée dans nos institutions comme celle de la mobilisation des savoirs scientifiques qui seuls doivent prévaloir. 

La Rédaction Infirmiers.com avec l'AFP

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)